AOM Import s'ajoute à une série de commerces qui ont plié bagages sur la rue Wellington Nord au cours des derniers mois.

Centre-ville : de l'optimisme malgré plusieurs fermetures

Le directeur de l'organisme Commerce Sherbrooke ne s'en cache pas : les nombreuses fermetures de différents commerces sur la rue Wellington demeurent inquiétantes, mais pas question de baisser les bras et de se montrer pessimiste.
Après avoir vu la Crêperie chez Jacqueline, Miss Salade, le Canard du Baron, le magasin de meubles Karma, la boutique Ça clique ainsi que le magasin de décoration et de meubles AOM Import mettre la clef dans la serrure lors des dernières semaines dans le secteur de la rue Wellington Nord, Gilles Marcoux voit encore l'avenir du centre-ville d'un bon oeil.
«Avec la fermeture de AOM Import, 2000 pieds carrés situés sur la rue Wellington Nord deviendront donc accessibles, dit-il. L'endroit peut devenir intéressant pour plusieurs. Mais non, ce n'est pas une situation normale. On ne se met pas la tête dans le sable. Par contre, tout le monde effectue le même constat : la situation économique dans les commerces de détail est très difficile, et ce, à plusieurs endroits au Québec. Après Noël, on a senti un important ralentissement.»
La bonne nouvelle? Plusieurs nouvelles entreprises miseront sur le centre-ville prochainement. M. Marcoux rappelle que le nouveau resto-bar O Chevreuil ouvrira en mars. Un nouveau centre de yoga, un magasin de jeux et une boutique de vêtements s'installeront aussi au centre-ville.
«Il y a une forte compétition avec la vente en ligne et les entreprises devront tenter de se démarquer pour connaître du succès au centre-ville. Tout n'est pas la faute uniquement de notre zone commerciale du centre-ville. Il faut savoir que les propriétaires doivent aussi mettre les efforts nécessaires et prendre les bonnes décisions pour rester en vie!» souligne le directeur de Commerce Sherbrooke.
Ce dernier assure que la diversification de l'offre économique sur Wellington demeure intéressante.
«Il ne faut pas uniquement se fier aux fermetures. On doit aussi prendre en compte le taux d'occupation élevé sur Wellington et l'arrivée de nouveaux joueurs au centre-ville », résume-t-il.