Christine St-Pierre

Centre culturel: Christine St-Pierre s'en prend à Hébert

L'ex-ministre de la Culture Christine St-Pierre a réagi aux propos tenus par Réjean Hébert qui a affirmé vendredi avoir « sécurisé les sommes » pour le projet de rénovation du Centre culturel de l'UdeS.
« Je trouve ça honteux de la part de quelqu'un comme lui. Je n'ai jamais fait d'annonce dont les sommes n'étaient pas réservés dans mon programme d'infrastructures », a affirmé celle qui était ministre au moment de l'annonce de la subvention de 4,5 M$ faite par le gouvernement libéral en 2012.
L'octroi des sommes était conditionnel à l'élaboration du montage financier par l'administration du Centre culturel. « On procède toujours par des accords de principe, parce qu'il faut ensuite que le montage financier se complète pour que le projet prenne son envol, renchérit celle qui est aujourd'hui députée de l'Acadie. L'argent était réservé, il était là, il fallait finir le montage. »
Lorsque questionné vendredi en point de presse sur la pertinence de procéder à une annonce qui avait pratiquement déjà été faite, le ministre responsable de l'Estrie Réjean Hébert avait souligné que cette fois, le chèque se trouvait entre les mains de l'équipe du Centre culturel.
« Je vous ai dit que lorsque je ferais des annonces on apporterait le chèque, on apporte le chèque de 4,5 millions aujourd'hui », avait-il dit, laissant également entendre que le déclenchement des élections en 2012 avait fait en sorte que le Centre culturel n'avait pas reçu d'argent du gouvernement.
Toutefois, selon les explications fournies par Mme St-Pierre, il serait seulement dans l'ordre des choses que le gouvernement actuel ait remis le chèque au Centre culturel, puisque le montage financier a été effectué comme convenu en 2012. « Les directions régionales font les analyses de projet, puis il y a un accord de principe. Ça veut dire que les partenaires n'ont pas terminé les préparatifs de montage financier », explique-t-elle. « Tu n'arrives pas avec le chèque, tu dis que l'argent est réservé. Ça démontre que le projet est sérieux, l'accord de principe dit que l'argent est réservé. » Une fois le montage terminé, le chèque est émis. « C'est toujours comme ça qu'on fonctionne », résume-t-elle.
Le Centre d'archives sans nouvelles
Simultanément à l'annonce en 2012 de l'accord d'une subvention au Centre culturel, le gouvernement libéral avait annoncé un montant de 500 000 $ pour le Centre d'archives de l'Archidiocèse de Sherbrooke.
Michel Joncas, président du Centre d'archives, affirme que le montage financier a été effectué et que l'ensemble des documents nécessaires pour le dossier ont été acheminés au gouvernement. « Depuis le mois de septembre ou d'octobre, on n'a pas de nouvelles là-dessus », affirme-t-il lorsqu'on lui demande où en sont les démarches.
« On a hâte que notre dossier se règle », admet-il, précisant que les membres de l'organisation sont « tout à fait prêts » à mettre en branle le projet d'aménagement du Centre dans le sous-sol de la cathédrale Saint-Michel, n'attendant comme feu vert que l'octroi des sommes par le gouvernement.
« C'est un dossier sur lequel on a travaillé très fort et qui est porteur, on a des archives et un patrimoine extraordinaire qui méritent d'être conservés, et ça nous prend les outils pour le faire », dit-il.