Cégep : les moyens de pression pourraient s'accentuer

Les moyens de pression exercés par les professeurs du Cégep de Sherbrooke pourraient s'accentuer, en raison de l'impasse dans le dossier de la relativité salariale.
Le Syndicat du personnel enseignant du Cégep de Sherbrooke (SPECS) proposera à ses membres la tenue d'une «journée d'étude», qui pourrait prendre différentes formes. Les moyens de pression «plus lourds» seront proposés lors d'une assemblée générale le 28 janvier.
Le ministre Stéphane Bédard, président du Conseil du trésor, réplique une fois de plus qu'il n'est aucunement question de diminuer les salaires des professeurs de cégep.  «Ce sera aux membres de décider quelle forme prendra la journée d'étude. S'ils décident d'opter pour le moyen le plus lourd, ce sera à eux de décider. On va présenter plusieurs scénarios qui seront discutés», indique le président du SPECS, Steve McKay.
Ce dernier s'est montré peu bavard sur les scénarios qui seront proposés, mais ne semble pas exclure une journée de grève. La convention collective étant en vigueur jusqu'en mars 2015, celle-ci ne permet pas aux syndiqués de faire la grève en ce moment. L'escalade des moyens de pression a été à l'ordre du jour d'une réunion regroupant les syndicats de la Fédération nationale des enseignantes et des enseignants du Québec (FNEEQ) la semaine dernière.
Texte complet dans La Tribune de mercredi.