Cascades met en marche son parc solaire

Cascades a procédé, lundi, à l'inauguration officielle de son système de concentration solaire développé conjointement avec l'entreprise sherbrookoise Rackham. Le coût de ce dispositif développé et installé au cours de l'été est évalué à un peu plus d'un million $.
Ce gigantesque parc solaire, qui portera le nom d'Alain Lemaire, le cadet des trois frères fondateurs de Cascades, est d'une superficie de 1490 mètres carrés. Il permettra de réduire la consommation en gaz naturel utilisé pour produire l'eau chaude nécessaire aux activités du complexe industriel. Il s'agit d'une première dans le domaine des pâtes et papiers.
Le financement du projet provient en partie d'une subvention de 463 500 $ du ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles du Québec. L'aide financière provient de l'ancien Programme d'aide à l'innovation en énergie, aujourd'hui intégré au programme Technoclimat.
«La concrétisation de ce projet majeur est l'aboutissement logique de la vision que le gouvernement du Québec s'est donnée en matière d'énergie verte. Nous déployons des efforts considérables afin de soutenir le développement de nouvelles sources d'énergie propre et d'encourager les entreprises d'ici à utiliser ces méthodes de production d'énergie innovantes, déclare le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand. Le projet que nous inaugurons aujourd'hui démontre le savoir-faire et le génie d'entrepreneurs québécois qui ont décidé d'aller de l'avant avec des technologies novatrices qui auront des effets positifs sur notre économie et notre environnement.»
Selon le président et chef de la direction de Cascades, Mario Plourde, la mise en marche de ce nouveau projet vert vient réitérer la position de leader de Cascades sur le plan énergétique. «Le projet, bâti sur les valeurs que les frères Lemaire ont insufflées à l'entreprise depuis un demi-siècle, vient aussi encourager la relève entrepreneuriale et le développement de technologies vertes. On ne peut qu'espérer que cette initiative viendra inspirer d'autres entreprises», souhaite-t-il.
L'installation produira plus de 4440 gigajoules par année qui serviront à élever la température de 87 500 mètres cubes d'eau pressurisée de 106 ° à 118 ° annuellement et permettra donc une économie de 139 700 mètres cubes de gaz naturel.