Cartel de l'essence: le juge rejette la requête de non-lieu des trois accusés

Linda Proulx, Michel Lagrandeur et Yves Gosselin détermineront lundi s'ils présentent une défense à leur procès dans le cadre du cartel de l'essence dans les marchés de Sherbrooke et Magog.
Le juge François Tôth de la Cour supérieure a rejeté hier au palais de justice de Sherbrooke leur motion de non-lieu. Les trois accusés prétendaient que la poursuite n'avait pas déposé de preuve à leur endroit pour soutenir l'accusation de complot pour fixer les prix de l'essence à la pompe dans les marchés de Sherbrooke et Magog en 2005 et 2006 empêchant de façon indue la concurrence.
« Pour les trois accusés, il existe des éléments de preuve admissibles qui pourraient, s'ils étaient crus, entraîner une déclaration de culpabilité. C'est la raison pour laquelle les requêtes de non-lieu sont rejetées », conclut le juge Tôth dans une décision rendue hier en fin d'après-midi.
Les avocats de la défense Me Thomas Walsh et Me Jean Beaudry, pour les deux accusés du marché de Magog, la propriétaire du Pétro-Canada du chemin de la Rivière aux cerises, Linda Proulx, et Michel Lagrandeur du Shell de la rue Sherbrooke à Magog, avaient complété leurs arguments au juge Tôth au cours de la journée.
Texte complet dans La Tribune de samedi.