Serge Cardin

Cardin veut soutenir la rénovation du bâtiment de Moisson Estrie

Même s'il affirme qu'il n'est pas dans ses habitudes de faire des promesses en campagne électorale, le député sortant de Sherbrooke Serge Cardin s'est quand même engagé vendredi à aider à la rénovation de l'édifice situé au 1255 de la rue Daniel qui comprend notamment les locaux de Moisson Estrie.
M. Cardin a donné un point de presse dans la bâtisse, qui nécessite notamment une réfection de la toiture, de la fenestration et du système de chauffage. «Si on attend trop longtemps, des dommages vont se faire et les coûts seront encore plus importants», a-t-il avancé.
Les coûts des rénovations à effectuer ne sont pas connus pour l'instant. Quand ils le seront, M. Cardin s'est engagé avec son équipe à faire le tour des programmes pour voir où des sommes pourraient être réquisitionnées pour le projet, ainsi qu'à puiser dans son budget discrétionnaire et solliciter la contribution de certains de ses collègues. À ce propos, il a affirmé qu'au cours des 18 derniers mois, ce sont 250 000 $ issus de son budget discrétionnaire ou de celui de ses collègues ministres qui ont été remis à des organismes d'ici.
La solidarité interorganismes qui règne dans l'édifice de la rue Daniel - que se partagent sept organismes - lui est particulièrement chère. «C'est cet aspect-là de la solidarité qui moi m'enchante, parce que c'est comme ça que je vois la solidarité», a dit M. Cardin.
Au-delà du dossier de la rue Daniel, c'est à l'ensemble des groupes communautaires que le député péquiste sortant adressait son message. «Ces groupes se sont appauvris pendant les neuf dernières années», dit-il, faisant référence aux derniers mandats du Parti libéral, où il juge que le financement de ce secteur était insuffisant et que les montants alloués n'étaient pas indexés.
Serge Cardin a mis de l'avant son passé, lui qui a grandi dans une famille ouvrière, pour affirmer qu'il comprenait la situation que vivent certains Québécois. «J'ai été en mesure de voir qu'il y avait des fins de mois plus difficiles que d'autres, et ça arrive encore, plus souvent qu'on pourrait le croire.»