Etienne-Alexis Boucher

Boucher lance une opération charme

Le candidat péquiste dans Richmond, Etienne-Alexis Boucher, a lancé hier une opération charme à l'endroit des électeurs de la MRC du Val-Saint-François, en prenant divers engagements de nature économique, de même qu'en matière de tourisme, de soins de santé, de culture et de voirie.
Dans un communiqué remplaçant un point de presse qui devait se tenir à l'Hôpital Saint-Louis de Windsor, en présence de la mairesse Sylvie Bureau et du maire de Stoke et préfet de la MRC, Luc Cayer, mais qui a dû être annulé pour des raisons «hors de notre contrôle», M. Boucher a d'abord fait référence à la mise sur pied d'une Table de diversification économique pour ce territoire.
En réunissant «autour d'une même table l'ensemble des intervenants socioéconomiques de la MRC afin de dynamiser la diversification de notre économie», M. Boucher précise que cela facilitera l'installation de nouvelles entreprises et permettra de faire croître celles déjà présentes sur le territoire. En outre, il s'est engagé à soutenir l'implantation d'un nouveau parc industriel à Windsor, qui aura «un effet structurant pour l'avenir et pour stimuler la création de nombreux emplois de qualité».
Rappelant qu'il a représenté le territoire de 2008 à 2012 du temps de l'ancienne circonscription de Johnson et qu'il en connaît bien les différents dossiers, en plus d'y avoir «un attachement tout particulier», Etienne-Alexis Boucher a par ailleurs offert son appui «aux efforts des acteurs touristiques visant à améliorer et à accroître l'offre d'hébergement touristique». Pour lui, cela favoriserait encore plus l'achalandage aux différents attraits du Val-Saint-François, comme le Moulin à laine d'Ulverton, le Grand Prix de Valcourt, le Centre d'art de Richmond et autres.
En matière de santé, tout en évoquant que «Philippe Couillard a voulu fermer l'urgence Saint-Louis lorsqu'il était ministre de la Santé», mais que cela avait pu être évité grâce à la mobilisation populaire, M. Boucher entend s'assurer du maintien des services à cet établissement. «C'est non négociable», fait-il valoir à ce propos.
Au sujet de la vie artistique, culturelle et historique qui compte de nombreux attraits dans le Val-Saint-François, il s'engage à être «un réel partenaire et à collaborer à l'application de plusieurs mesures issues de la politique culturelle de la MRC».
Enfin, concernant la sécurité, l'état et l'asphaltage des routes de la MRC, qui constituent un enjeu très important, il s'engage à «jouer un rôle de premier plan dans ce dossier».