Stéphane Messier, Sébastien Lépine et Louis-Jean Trudeau forment Stéréosaure.

Bête féroce et doux flibustier

Pas de temps à perdre avec une intro. Go.
Stéréosaure
Stéréosaure
IndépendantQuand Frédéric Truax, de la première mouture stéréosaurienne, a accroché son pic de basse et son micro pour voguer vers d'autres contrées, on a été plusieurs à penser que le prometteur groupe de rock garage sherbrookois venait de s'éteindre. Mais voilà que le jeune guitariste dandy Louis-Jean Trudeau a plutôt fait le bouche à bouche au band et, en accord avec le batteur Sébastien Lépine, a fait appel aux services de Stéphane Messier (Union General) pour le poste de bassiste. Un choix judicieux puisqu'en plus d'être un bout en train hors pair qui fournit blagues à la tonne et félicité, Messier a pris en charge les dossiers prise de son et mixage (en collaboration avec Jean-Philippe Villemure) pour un premier album du trio.
Le disque de 11 titres a donc fait son apparition sur le net via Bandcamp le 23 décembre dernier. Une date questionnable pour un coucou d'album neuf alors que la frénésie était plutôt dirigée sur de quoi qu'on appelle Noël. Mais le groupe a tout prévu puisque qu'un lancement, un vrai, avec prestation gratuite et cd dédicacés aura lieu le 18 janvier au Boquébière.
La plupart des chansons, toutes en français (pis un beau français à part de t'ça), sont signées Trudeau, sauf pour trois pièces qui sont cosignées Trudeau-Truax.
Au son, Stéréosaure ne réinvente pas la roue du rock (mais pourquoi la réinventer de toute façon) et présente des décibels franchement accrocheurs. Si on rase parfois le new wave (sans les claviers électro disons), on frôle aussi une certaine sonorité 60's. Coup de coeur immense pour Vol plané et Sitar qui ont un je-ne-sais-quoi qui me fait furieusement opiner du bonnet.
Une très belle entrée en matière pour Stéréosaure à qui l'on souhaite une longue vie.
À découvrir sur bandcamp.
Coeur de Pirate
Trauma (chansons de la série télé)
Dare to care/Grosse boîteJe n'ai jamais écouté Trauma, je l'avoue. Mais chaque fois que Fabienne Larouche annonce qui sera celle (parce qu'à date, ce ne sont que des «celles») qui occupera le terrain musical de l'émission pour la saison à venir, je jubile. L'idée de reprendre des pièces à la sauce douce et teintée de la couleur de chaque artiste prenant part à l'aventure me parle follement.
Ont donc signé jusqu'ici les trames sonores de Trauma Pascale Picard, Martha Wainwright et Ariane Moffatt (d'ailleurs, je ne me suis toujours pas remise de sa reprise de Where is my mind de Pixies. En fait, toutes les pièces sur la trame signée Moffatt m'ont tuée de bonheur).
En ce qui a trait à la trame sonore confiée à Béatrice Martin alias Coeur de Pirate, on a ratissé large dans le choix des reprises. Certaines furent imposées par la production, d'autres sont des choix personnels de la blonde tatouée à la voix ténue.
Dans la liste des artistes revisités, notons entre autres Patrick Watson (la belle d'avance The Great Escape), Kenny Rogers (OUI), Bon Iver, les Rolling Stones, The National, Amy Winehouse et les Soeurs McGarrigle (Heartbeats Accelerating, mon coup de coeur de l'album).
On a affaire ici à un disque dépouillé, aéré, sans flafla et d'une douceur immaculée rendue possible par la voix angélique de Béatrice, instrument en soit, qui mange goulument l'espace sonore. Un disque parfait pour enjoliver une moelleuse matinée dominicale.
Coeur de pirate sera de passage le 6 février au Vieux Clocher de Magog.