Baldwin: un petit coin de pays qui fête en grand

Résidants, villégiateurs et visiteurs de Baldwin avaient droit à une version bonifiée de la Fête des voisins pour sa septième édition qui coïncidait avec le 150e anniversaire de Coaticook. On a entre autres ajouté des navettes assurant le déplacement des festivaliers entre les nombreux attraits, depuis le parc Découverte Nature jusqu'à l'autre bout du lac Lyster, où se trouve l'étang Baldwin, un petit plan d'eau sauvage où il fait bon taquiner la truite.
De passage lors de cette journée festive, les familles Salvador-Vallée et Moreno étaient venues pour grimper le mont Pinacle avec leurs enfants, Allison, Esteban et Emilio.
« On s'est dit que c'était une belle journée pour aller en montagne et c'est ici qu'on a appris qu'il y avait une fête », déclare Julie Vallée. Les visiteurs sherbrookois avaient d'ailleurs l'intention, après la marche, de profiter des jeux gonflables et de faire un tour à la plage du lac Lyster, où l'on trouve de nombreux jeux extérieurs, ainsi que la location de kayaks, pédalos et canots, de quoi amuser la famille.
Selon Florian Paré, coordonnateur de la fête et président du Centre des loisirs de Baldwin, l'événement a attiré entre 3000 à 4000 personnes. Pas mal pour un hameau qui compte 300 résidences! « Au départ on a organisé cette fête pour réunir les gens, parce qu'il y avait des disputes au sein de la population, explique M. Paré. Lorsque les voisins sont amenés à travailler ensemble, ils n'ont pas le choix de se parler et il s'est créé des liens et des amitiés. Aujourd'hui nous avons 65 bénévoles, des jeunes d'une douzaine d'années et des vieux comme moi de 70 à 80 ans! »
Des francophones, mais aussi des anglophones, puisque Baldwin compte une vingtaine de familles anglophones, incluant les descendants d'un des pères fondateurs de Coaticook, Richard Baldwin. Les choses ont bien changé depuis et les chalets saisonniers, des constructions souvent vétustes, ont fait place à des résidences permanentes. Mais certaines traditions demeurent, comme The Ladies Group of Baldwin' s Mills, un groupe de femmes solidaires et engagées dans le bien-être de leur communauté et du monde qui les entoure. Fondé en 1962, l'organisme compte des racines remontant aussi loin qu'au début du 19e siècle. Aujourd'hui, les diverses campagnes de financement qu'elles organisent servent à apporter une aide aux causes locales, nationales et même internationales. À ne pas manquer le samedi 30 août, le « Decadent Dessert Party », les meilleurs desserts faits maison par les membres du groupe servis comme il se doit avec une tasse de thé. Le tout dans la charmante Église Unie de Baldwin' s Mills.
Difficile de faire la fête à Baldwin sans faire un arrêt au J-Bar-C sur le chemin Côté. Les visiteurs y étaient nombreux en fin de semaine pour y prendre un verre sur la terrasse ou savourer une bonne pièce de boeuf Angus AAA, la spécialité de l'endroit, mais surtout et avant tout pour son amalgame hétéroclite et inusité de pièces de collection et objets de toutes sortes exposées du plancher au plafond. Toute une vie de curiosités ramassées au fil des ans par le propriétaire Jean John' Côté. Ouvert uniquement durant la saison estivale, le J-Bar-C fermera ses portes à la mi-septembre.