Autre prolongation du permis d'exploitation de la MMA

La Montreal, Maine and Atlantic (MMA) obtient de l'Office des transports du Canada une autre prolongation après le 1er avril de son permis d'exploitation de la voie ferrée en Estrie.
L'entreprise pourra ainsi continuer à offrir des services à ses clients jusqu'à la conclusion de la vente de son chemin de fer et de ses actifs. Le nouveau délai se prolonge jusqu'au 1er juin 2014, indique un communiqué de presse.
«En se fondant sur les renseignements qu'il a obtenus, l'Office conclut que MMA/MMAC a démontré qu'elle détient une assurance responsabilité civile suffisante, y compris la portion autoassurée, pour les activités ferroviaires proposées», mentionne-t-on.
«Dans le cadre de son examen des activités proposées, l'Office a découvert que MMA/MMAC détient toujours une portion autoassurée de 250 000 $ intégrée à son assurance responsabilité civile et qu'elle dispose toujours d'une assurance responsabilité civile de 25 millions $.
La compagnie de chemin de fer prévoit toujours réduire le volume et la distance des matières dangereuses transportées, par rapport aux chiffres antérieurs au déraillement à Lac-Mégantic, et ne plus transporter de pétrole brut», ajoute l'organisme fédéral.
Ce nouveau délai survient alors qu'on attend la conclusion de la vente des actifs de la compagnie impliquée dans la tragédie de Lac-Mégantic, déraillement dévastateur ayant fait 47 victimes le 6 juillet dernier.
On apprenait récemment que la vente de la société ferroviaire américaine a été retardée. Des responsables d'un organisme de réglementation du Canada ont fait savoir à une firme d'investissement de New York qu'elle devait fournir d'autres documents avant de compléter l'achat de Montreal, Maine & Atlantic Railway.
Le groupe d'investisseursRailroad Acquisition Holdings, une filiale de Fortress Investment Group, a fait savoir qu'il avait anticipé le délai. MMA a déclaré faillite après qu'un convoi comptant 72 wagons-citernes et laissé sans surveillance a traversé la ville de Lac-Mégantic, déraillé et explosé, détruisant 40 édifices dont un bar achalandé où plusieurs des victimes ont péri.