France Bonsant

Au moins trois candidats du PQ dans Mégantic

L'investiture péquiste dans la circonscription de Mégantic suscite un intérêt rarement vu, alors qu'au moins trois candidats seront sur les rangs de la convention dont la date reste à être déterminée.
En effet, à part l'ancienne candidate de 2007, 2008 et 2012, Gloriane Blais, l'ancienne députée bloquiste de Compton-Stanstead, France Bonsant, de même que Jacques Bordeleau, membre de l'exécutif de l'Association du Parti québécois (PQ) dans Mégantic, seraient en lice, selon ce que La Tribune a appris.
La perspective que ce comté soit «prenable plus que jamais» selon les stratèges péquistes, notamment en raison de la façon dont la première ministre Pauline Marois a fait très bonne figure dans la crise reliée au déraillement ferroviaire mortel du 6 juillet dernier, apporte donc de l'eau au moulin.
Me Gloriane Blais, qui avait concédé la victoire par une marge d'environ 1000 voix au libéral Ghislain Bolduc, compte solliciter une quatrième fois la confiance des électeurs. Cependant, elle devra d'abord affronter le vote de l'investiture. France Bonsant a confirmé qu'elle sera sur les rangs, signalant qu'elle n'est pas en terrain inconnu, notamment parce que la MRC du Haut-Saint-François, qu'elle représentait au fédéral, fait partie de Mégantic au provincial, tout comme la municipalité de Stoke.
«Le goût est là et je suis décidée à mettre la même énergie que je l'ai fait au fédéral», a émis en substance Mme Bonsant.
Le troisième candidat, Jacques Bordeleau, résidant de Sainte-Cécile-de-Whitton, qui fait partie des dirigeants de l'entreprise Ordinatech Estrie inc., de Lac-Mégantic et qui siège à l'exécutif du PQ de Mégantic, n'a cependant pas retourné l'appel logé à La Tribune pour obtenir confirmation.
<p> Étienne-Alexis Boucher</p>
Boucher dans Richmond
Par ailleurs, concernant la circonscription de Richmond, le secret le mieux gardé veut que l'ancien candidat péquiste et actuel bras droit du ministre régional Réjean Hébert, Étienne-Alexis Boucher, soit de nouveau sur les rangs.
Même si cela ne semble guère faire de doute à la permanence même du PQ, tant le principal intéressé que son patron assurent que rien n'est décidé. «Ce sont des rumeurs à ce moment-ci», a simplement laissé échapper le ministre Hébert, hier matin, quant au projet de M. Boucher de remonter dans l'arène électorale pour faire face à la députée libérale Karine Vallières.