Attaque contre un homme de 83 ans: deux suspects arrêtés

Les deux individus qui ont fait preuve d'une grande lâcheté en attaquant en plein jour un homme de 83 ans sortant d'un guichet automatique à Sherbrooke ont passé la nuit derrière les barreaux.
Recherchés toute la journée mardi par le Service de police de Sherbrooke, les deux individus de 26 ans ont été localisés puis arrêtés par le Groupe d'intervention du Service de police de Sherbrooke en fin d'après-midi.
Les deux suspects, dont l'un est originaire de Gatineau, seraient des toxicomanes qui volaient pour assouvir leur dépendance aux stupéfiants.
Ils devraient répondre à des accusations de vols qualifiés survenus au cours des dernières semaines à Sherbrooke.
Le vol qu'ils ont réalisé mardi matin en était vraisemblablement un de trop.
Les deux suspects dans la vingtaine ont repéré leur victime à l'intérieur de l'établissement situé au 2 de la rue Bowen Sud vers 10 h.
«Une fois que l'homme a été sorti à l'extérieur, les deux suspects l'ont frappé violemment à la tête et au corps. La victime saignait du nez et du visage», expliquait le porte-parole du Service de police de Sherbrooke, René Dubreuil, avant que les suspects ne soient localisés.
Après avoir tabassé l'octogénaire, les deux suspects lui ont volé l'argent qu'il venait de retirer au guichet automatique avant de prendre la fuite à pied.
«Ils auraient effectué un vol semblable le 16 mars dernier», indique le porte-parole du SPS.
Munis d'une description et d'indices fournis par des témoins, les policiers ont ratissé le secteur où est survenu le vol qualifié de la matinée.
«Nous avions eu affaire à ces deux individus lundi soir pour des infractions au règlement municipal. Un lien a été établi avec la description des individus à la suite de l'agression de l'avant-midi», explique le lieutenant Alain Préfontaine du SPS.
Une fois localisés, l'arrestation a été confiée aux membres du GI du SPS.
«Ces individus pourraient être reliés à au moins deux et peut-être d'autres vols qualifiés survenus sur le territoire au cours des derniers jours. Nos enquêteurs les interrogent. Ils pourraient faire des liens avec d'autres événements», mentionne le lieutenant Préfontaine.