Assurance-emploi: Bellavance dénonce les effets pervers de la réforme

S'il est favorable à l'idée d'arrimer la population au chômage avec les emplois disponibles sur le marché, le député de Richmond-Arthabaska, André Bellavance, considère que la récente réforme du programme d'assurance-emploi contient son lot d'effets pervers.
Il fait notamment référence aux travailleurs saisonniers qui doivent chercher ailleurs, et ce, même s'ils savent très bien que leur employeur les réintégrera dès que la conjoncture le permettra. L'élu bloquiste a notamment cité en exemple le cas de François Parent, un père monoparental travaillant en construction pour qui il est impensable d'aller travailler à une heure de chez lui pour 70% de son salaire.
«Je ne suis pas quelqu'un qui ne veut pas travailler, bien au contraire, c'est le froid qui m'oblige à arrêter tous les ans. Si on m'offrait la possibilité de faire ce que j'aime 12 mois par année, c'est sûr que je le ferais, mais ici au Québec, c'est sur dix mois», a expliqué le spécialiste en coulage de béton.