Assumons notre indifférence

Si un petit Roumain s'était noyé dans le lac Memphrémagog en voulant entrer au Canada avec sa famille pour demander l'asile politique,  aurions-nous traité l'épisode des immigrants illégaux de 2012  à Stanstead de la même façon ? Si ces migrants avaient été 1000 fois plus nombreux, aurions-nous construit un camp de réfugiés pour leur offrir des conditions de vie décentes en attendant de statuer sur leur sort ?
Les 30 premiers jours de la campagne fédérale ont passé sans qu'on traite de préoccupations humanitaires. Qui s'en plaignait avant de voir la photo d'Aylan, face contre terre, victime d'un rêve de liberté ? Un peu gênant...
À lire dans La Tribune de samedi.