Absentéisme chez Postes Canada: le syndicat sonne l'alarme

Les troupes sont décimées du côté des facteurs de Postes Canada dans la région de Sherbrooke. On observe un taux élevé d'absentéisme, selon le syndicat local.
<p>Pierre Avard</p>
Le président Pierre Avard estime à 40 pour cent la proportion de facteurs qui ont dû quitter le travail pour diverses raisons. Si on exclut les gens en vacances, le taux d'absentéisme s'élève à 30 pour cent.
Les intempéries des dernières semaines, mais aussi les réformes annoncées par Postes Canada tout au long de l'année 2013, y seraient pour quelque chose, dit-il. «Des itinéraires ont été retirés. Ça a comme effet que des facteurs terminent plus tard, en soirée même.»
«Il y a eu l'annonce en octobre de la fin de la livraison postale à domicile en milieu urbain. Les changements au traitement du courrier de Sherbrooke vers Montréal ont aussi fait de la pression sur nos membres. Des postes ont été coupés. Tout cela a créé de la pression. Tout le monde st surchargé.»
La météo n'a pas aidé au travail des personnes distribuant le courrier. La présence de la glace a provoqué des chutes et des blessures, ajoute le président syndical.
«Il n'y a eu de mot d'ordre syndical pour des arrêts de travail de nos membres», assure M. Avard. «Les gens vont voir leur médecin et il leur conseille d'arrêter de travailler.»
«C'est que nous sommes rendus avec de moins en moins de monde pour faire le même travail. Le moral de nos membres n'est pas très haut. C'est comme ça ailleurs aussi. Dans la région de Montréal, il y a eu des suicides. Nous ne voulons pas avoir ça ici.»
Débrayage
Selon Pierre Avard, la soupape est tout près de sauter. «On dirait que Postes Canada veut que les gens démissionnent.»
«En 1989, il y avait eu un débrayage. La grève avait été déclenchée pour une simple question de poste de radio qui jouait trop fort...»
«Je sens qu'on est proche de ça maintenant...»
Le syndicat a proposé des solutions, comme de faire appel à des facteurs à la retraite, mais la direction de Postes Canada a refusé.
Pierre Avard mentionne que le syndicat fera le point sur ce dossier la semaine prochaine en conférence de presse. «Nous allons amener des solutions qui ne coûteront pas plus cher. Il y a des coûts rattachés à tous les changements qui sont survenus chez Postes Canada au cours des derniers mois.»