L'année 2016 sera consacrée à la préparation des études techniques détaillées et aux plans de devis pour les appels d'offres concernant le déplacement du pont des Grandes-Fourches. Un montant de 3,8 M$ s'ajoutera ainsi aux 2,9 M$ déjà alloués en 2015.

3,8M$ pour le pont des Grandes-Fourches

Une enveloppe de 3,8 M$ s'ajoutera en 2016 aux 2,9 M$ déjà alloués en 2015 pour le déplacement du pont des Grandes-Fourches. L'année 2016 sera consacrée à la préparation des études techniques détaillées et aux plans et devis pour les appels d'offres.
« Nous entreprendrons la préparation de plans et devis nécessaires au réaménagement d'un tronçon d'un kilomètre de la rue des Grandes-Fourches Nord ainsi que pour la construction du nouveau pont qui sera dorénavant localisé plus à l'ouest, près de l'entrée du stationnement municipal de la Grenouillère », explique le maire Bernard Sévigny.
Rappelons que le pont des Grandes-Fourches doit être reconstruit d'ici 2018 et que la nouvelle structure doit avoir une durée de vie de 75 ans. La Ville y voit une occasion de déplacer le pont vers l'ouest. L'intersection entre Terrill et des Grandes-Fourches verrait l'actuelle structure à étagement remplacée par un carrefour giratoire. La place Nikitotek serait alors déplacée là où se trouve actuellement l'intersection des rues Frontenac et des Grandes-Fourches.
Les travaux devraient s'étendre de 2017 à 2019.
« Nous serons en mesure de permettre aux citoyens de se réapproprier les berges de la rivière Saint-François par le développement d'un tout nouveau quartier urbain en plein coeur du centre-ville sur la rive nord de la rivière Magog. Globalement, le développement du projet exigera un investissement de quelque 31 M$, dont près de la moitié sera financée, espère-t-on, par le ministère des Transports du Québec et également par certains riverains concernés par les aménagements routiers. »
La demande de la Ville au ministère est effectivement de 15 M$ pour la démolition de trois structures, la reconstruction du nouveau pont et la construction du carrefour giratoire.
« La Ville de Sherbrooke souhaite obtenir la maîtrise d'oeuvre du chantier pour réaliser l'ensemble des travaux associés à la construction du nouveau pont. Ce pont devra avoir une signature moderne ayant des caractéristiques urbaines dignes d'un centre-ville et intégrer des infrastructures de transport actif. »
Un projet nécessaire?
Les conseillers Hélène Dauphinais et Jean-François Rouleau ont enregistré leur dissidence face à ce projet.
« C'est un projet qui coûtera 13,5 M$ aux Sherbrookois et qui devrait développer l'offre résidentielle au centre-ville. Ce que je remarque, c'est que la plupart des terrains sont déjà accessibles. En déplaçant le pont, il y a un terrain appartenant à la Ville qu'on pourrait vendre et développer. On dit qu'on donnera accès à la rivière Saint-François, mais dès qu'il pleut, la rivière se gonfle. Les terrains sont inondables. Si on fait un parc, serait-il constamment endommagé par les inondations? Devrons-nous mettre la place Nikitotek sur pilotis? Pour tout de suite, on ne m'a pas démontré que c'était nécessaire et que ça fera une grande différence », a commenté Mme Dauphinais.
La conseillère rappelle que cette décision survient alors que la Ville déplore ne plus disposer de marge de manoeuvre au point de vue budgétaire.
La présentation vidéo du projet devrait être disponible sur le site de la Ville depuis l'adoption de la résolution à ce sujet lundi au conseil municipal.