3,5 M$ pour une réfection majeure de rues

Le boulevard Bourque et la rue Galt Est reçoivent la majorité de l'enveloppe budgétaire liée à la réfection majeure des chaussées pour l'année 2014. Des 3 552 900 $ qui seront investis, 2,7 M$ seront dévolus à ces deux artères.
<p>Denis Gélinas</p>
Ce sont 1,7 M$ qui seront consacrés au boulevard Bourque, entre la rue Jules-Richard et le chemin Saint-Roch pour compléter les travaux amorcés l'an dernier. Une nouvelle qui a réjoui la conseillère Diane Délisle. « Enfin le boulevard Bourque sera refait. La condition de la chaussée de cette artère est le sujet dont j'ai le plus entendu parler pendant mon porte-à-porte, durant la campagne électorale. »
S'ajouteront 965 000 $ pour la réfection de la rue Galt Est entre le boulevard Lavigerie et la rue Longpré.
Une somme de 750 000 $ est issue des redevances perçues par la Ville tel que prévu par la loi 82 pour la réfection et l'entretien des voies publiques consacrées prioritairement à la circulation de véhicules lourds provenant des carrières et sablières. Considérant que les deux principales carrières sherbrookoises sont situées dans le secteur des rues Dunant et Bel-Horizon, il a été résolu d'investir 430 000 $ rue Dunant pour poursuivre les travaux entamés l'an dernier jusqu'à la rue Felton.
La voie Ouest du boulevard de l'Université fera l'objet d'investissements de 320 000 $ entre la rue Saint-Esprit et le chemin Sainte-Catherine.
« La loi nous oblige à utiliser ces fonds pour les trajets empruntés par les véhicules lourds. Ce sont généralement des artères, et non pas des rues locales. Ça nous permet d'accélérer certains travaux que nous remettions d'année en année à cause du financement. Pour l'instant, nous restons près des deux gravières, mais nous nous en éloignerons progressivement », précise Denis Gélinas, directeur infrastructures urbaines et environnement à la Ville de Sherbrooke.
Certains conseillers ont déploré le choix des artères à améliorer, citant par exemple le piètre état des rues Bowen et Chalifoux. « L'enveloppe de réfection nette d'asphalte est somme toute faible. Il faut essayer de maximiser l'argent vers des tronçons où la réfection touche un maximum d'automobilistes. Souvent, on analyse des travaux qui seront faits avec d'autres modes de financement pour travailler en complémentarité et compléter un tronçon sur lequel nous travaillerons de toute façon », ajoute M. Gélinas.
En ajoutant les montants réservés à la voirie liés aux travaux d'aqueduc et d'égouts, la réfection des chaussées représente des investissements d'environ 12,3 M$ cette année à Sherbrooke. « La dernière analyse démontre que nous devrions allouer une vingtaine de millions par année pour maintenir l'état de la chaussée dans son état actuel. Nous sommes en sous-financement, mais c'est un choix d'organisation. »
À noter que 90 000 $ seront réservés pour le diagnostic des réseaux routiers.