Affaires

Acheter à l’étranger pour sauver les taxes

«Cet article s’adresse surtout à tous ceux et celles qui sont heureux de ne pas payer de taxes lorsqu’ils achètent en ligne. [...] Il s’adresse donc à tout le monde. Parce que personne n’aime payer des taxes.»

Propriétaire de l’entreprise Slot Car Corner Canada, Christian Gingras doit aujourd’hui fermer sa boutique sur le Web après 10 ans, incapable de continuer à rivaliser en raison des taxes plus élevées au Québec sur les achats en ligne.

affaires

Pfizer et l’UdeS unies pour cinq autres années

La compagnie Pfizer et l’Université de Sherbrooke ont souligné mardi le renouvellement, pour une troisième période de cinq ans, de la Chaire de recherche Pfizer sur les procédés et technologies d’analyses en génie pharmaceutique.

Ce troisième mandat arrive avec une contribution en équipements et ressources humaines de l’ordre de 2,69 M$ de Pfizer, une contribution en espèces de 1,65 M$ de Pfizer et de la Faculté de génie de l’UdeS, et un projet de construction de 900 000 $ au Parc innovation-ACELP pour doubler l’espace de travail disponible pour les activités de la Chaire.

« L’importante contribution de Pfizer à ce partenariat et la qualité du programme scientifique sont également soulignées par l’octroi d’une subvention de près de 1 M$ sur 5 ans du Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie du Canada (CRNSG) via le programme de recherche et développement coopérative », ajoute l’UdeS.

Le titulaire de la Chaire, le professeur Nicolas Abatzoglou, et son collaborateur principal, le professeur Ryan Gosselin, tout comme le directeur technologie et ingénierie mondiale de Pfizer Canada, Jean-Sébastien Simard, ont fait valoir le côté unique de ce partenariat, tant pour sa longévité que pour la synergie entre l’académique et l’industriel.

« On n’a pas d’efforts similaires au Canada et je peux me vanter qu’il n’y a pas beaucoup d’efforts similaires à travers le monde, a expliqué M. Abatzoglou en entrevue avec La Tribune. C’est une collaboration qui est très réussie parce que les deux entités se complètent. Elles n’agissent pas comme deux entités séparées avec des buts différents, elles agissent ensemble. Il y a des étudiants ici et des étudiants aux installations de Pfizer à Montréal. Il y a une communication quasi quotidienne entre les deux, selon les besoins, et ça fait en sorte que cette intégration produit des résultats supérieurs. »

La Chaire Pfizer a été créée en 2008 mais la collaboration entre les deux entités a commencé en l’an 2000 et s’est maintenue avec plusieurs projets de recherche ponctuels.

Ses résultats sont tangibles, selon le Pr Abatzoglou, qui pointe au premier chef le recrutement et la formation d’étudiants hautement qualifiés qui sont prisés par l’industrie mais n’omet pas de parler de retombées industrielles et sociales. 

« Plusieurs de nos travaux ont conduit au développement de nouvelles connaissances qui sont déjà publiées dans des articles scientifiques et techniques, et qui ont simultanément contribué à des applications industrielles et à des améliorations de procédés, expose-t-il. Ces dernières profitent également aux consommateurs parce qu’elles diminuent le coût des médicaments. »

La troisième phase de la Chaire, quoiqu’elle s’inscrive dans la continuité, sera aussi « substantiellement différente, car elle focalisera sur les procédés et leur intensification à l’aide des outils de technologie d’analyses de procédé » qui ont été développés.

« Quand on a créé la Chaire, rappelle le Pr Abatzoglou, c’était sous l’effet d’une directive de la Federal and Food Administration, suivie par Santé Canada, d’établir des technologies qui permettent un suivi de la qualité des procédés de fabrication pharmaceutique, ce qui n’existait pas vraiment parce qu’on faisait les contrôles qualité à la fin du processus. Maintenant, avec ces outils, ça permet de suivre la qualité dans toutes les étapes de fabrication. Les deux premières phases, c’était pour développer ces outils. La prochaine étape, c’est d’améliorer le procédé lui-même. »

« La réussite des travaux réalisés dans le cadre de cette Chaire de recherche placera le pays dans une position très avantageuse mondialement et permettra le renforcement du leadership québécois et canadien dans le domaine pharmaceutique », ajoute-t-il.

Agrandissement

La Faculté de génie a par ailleurs accepté de financer un projet de construction d’environ 900 000 $ au Parc innovation - ACELP, dans le cadre du renouvellement de cette Chaire de recherche, pour mettre à sa disposition un espace supplémentaire de 150 m2. Les locaux seront prêts au printemps et viendront doubler la superficie d’environ 115 m2 qu’elle occupe actuellement.

« Devant le succès des travaux antérieurs de la Chaire et devant la confiance qu’affichait notre partenaire envers l’Université de Sherbrooke, la décision n’a pas été difficile à prendre », a commenté le doyen de la Faculté de génie, le Pr Patrik Doucet.

Auto

Les camions Ford parmi les véhicules les plus volés au Canada, selon le BAC

MONTRÉAL — Le Québec continue de glisser au classement des vols de véhicules automobiles en 2017, le douteux championnat étant solidement entre les mains de l’Alberta.

L’écart est en fait considérable : les données publiées mardi par le Bureau d’assurance du Canada (BAC) font état de 24 830 véhicules volés en Alberta l’an dernier, soit le double des 12 893 larcins survenus au Québec, et ce, malgré le fait que la population du Québec soit deux fois plus importante que celle de la province de l’Ouest.

Sherbrooke

La Maison Aube-Lumière aura son «Jardin d’enfants»

Un «jardin d’enfants» sera aménagé l’été prochain sur les terrains de la Maison Aube-Lumière, institution offrant des soins palliatifs.

Conçu bénévolement par Gendron Horticulture, le nouvel équipement sera aménagé sur la partie avant de la Maison de soins, située près de l’hôpital Fleurimont du CIUSSS de l’Estrie-CHUS. Il comportera des modules de jeux pour enfants, un espace « famille » avec balançoire sur roulement et sera agrémenté de végétaux.

Le jardin d’enfants permettra aux plus jeunes visiteurs de passer un agréable moment, alors que des membres de leur famille soutiennent leur proche en fin de vie, ajoute-t-on.

L’organisme Aube-Lumière a été choisi comme récipiendaire d’un don de 25 000$ par la Fondation Bon départ Canadian Tire du Québec, issu du programme « Dons aux organismes de bienfaisance ». 

La Maison recevra un appui équivalent de la part du propriétaire du Canadian Tire du plateau St-Joseph de Sherbrooke, Michel Mayrand, pour la réalisation de son projet.  C’est donc, au total, une aide de 50 000$ qui sera consacrée à l’achèvement de ce projet d’amélioration, annonce un communiqué de presse.

« Nous nous estimons choyés d’obtenir du financement pour le projet de jardin d’enfants », déclare Marie Bécotte, directrice générale de La Maison Aube-Lumière. 

« Non seulement cette aire de jeux sera saine pour nos jeunes visiteurs, elle incitera ces derniers à venir visiter les personnes en phase avancée de cancer plus souvent, ce qui leur procure à coup sûr, un très grand bonheur. » 

De leur côté, Michel Mayrand, propriétaire du Canadian Tire du plateau St-Joseph de Sherbrooke, et sa partenaire Chantal Ouellette, disent soutenir la cause depuis plusieurs années. «Nous croyons en sa mission et dans la grande qualité de ses soins», affirment-ils. Fondée en 1990, la Fondation Bon départ de Canadian Tire du Québec a pour mission de favoriser l’épanouissement des enfants et des familles dans le besoin, de leur permettre de vivre une expérience de camp de vacances à sa Base de plein air Bon départ ou de pratiquer des activités sportives. En 2017, la Fondation Bon départ du Québec a investi plus de 2 millions de dollars dans la santé et le bien-être afin d’aider plus de 222 000 Québécois.