Dusco gestion immobilière croit que la Ville de Sherbrooke aurait dû permettre aux autres promoteurs de dévoiler publiquement leurs projets du projet Quartier Well Sud en plus de leur remettre le pointage obtenu par chacun des concurrents au terme du processus.

Well Sud: Dusco crie au « manque de transparence »

L’un des groupes écartés du projet Quartier Well Sud, Dusco gestion immobilière, aurait souhaité « un processus beaucoup plus transparent » que celui qui a mené au choix du consortium Groupe Custeau-Services EXP. Par respect pour la population, Dusco aurait aimé que la Ville permette le dévoilement des autres projets en lice, une fois le processus terminé. Un point de vue que ne partage pas l’autre consortium écarté, Must urbain-Pomerleau.

Tout en reconnaissant que les règles de sélection avaient été clairement établies dès le départ, la porte-parole de Dusco, Emmanuelle St-Pierre, croit que la Ville aurait dû néanmoins permettre aux autres promoteurs de dévoiler publiquement leurs projets en plus de leur remettre le pointage obtenu par chacun des concurrents au terme du processus. 

Les Sherbrookois étaient en droit en droit de s’attendre « un peu plus de transparence », a indiqué Mme St-Pierre à La Tribune.

À lire aussi: Quartier Well Sud: « Enfin, on avance! »

« Au niveau du processus de sélection, les règles étaient claires. Par contre, comme la population est au cœur du projet, on aurait apprécié pouvoir faire un événement de presse où tous les promoteurs auraient pu présenter leur projet pendant 15 ou 20 minutes. La Ville aurait ensuite pu faire connaître ses critères sur lesquels les projets allaient être étudiés. Elle aurait ensuite pu rendre publique son évaluation sur chacun des projets avec les pointages obtenus. Pour nous, ce type de rétroaction aurait été très apprécié. On croit qu’on peut s’améliorer quand on est capable de bien se comparer », a expliqué la porte-parole de Dusco. 

Règles claires

De son côté, le président d’Immeubles Must urbain, Philippe Dusseault, dit n’avoir aucun reproche à faire à la Ville. « La Ville a fait tout ce qui devait être fait pour s’assurer qu’il n’y ait pas d’influence du jury dans aucune des étapes du processus. Les règles étaient claires et elle les a suivies à la lettre », a réitéré M. Dusseault. « Oui, on aurait aimé le rendre public, mais ce ne sont pas les règles du jeu qui ont été instaurées au départ. Quand on s’est embarqué, les règles étaient claires. »

Pour ce qui est de l’évaluation du jury et du pointage obtenu pour chacun des trois projets, M. Dusseault se dit satisfait du rapport final, bien que caviardé, que lui a remis la Ville à sa demande. 

« On sait en lisant le rapport qu’on a échappé ce projet-là par deux points et demi. On a eu 72 points et Custeau 74,5. On sait pourquoi on n’a pas gagné et on sait sur quoi notre projet était plus fort que Custeau. J’ai aussi les commentaires (du jury) qui portent sur mon projet et j’ai même la grille des points en ce qui concerne notre projet. Même si les parties qui concernant les autres projets sont caviardées, en lisant bien, on est capable de déduire. Je ne vois pas ce qu’on aurait obtenu de plus au niveau de la transparence », explique M. Dusseault.

Potentiel

Malgré le résultat et le « manque de transparence », Dusco dit ne pas avoir l’intention de tourner le dos au marché sherbrookois. Au contraire, selon sa porte-parole, le groupe entend même répondre à l’invitation de la présidente du conseil municipal, Nicole Bergeron, de s’impliquer dans la revitalisation du centre-ville. 

« Cela fait 30 ans qu’on fait de l’immobilier. C’est certain qu’on n’arrêtera pas de faire des investissements dans l’immobilier sherbrookois. On croit au potentiel du centre-ville. On croit que les Sherbrookois et les Sherbrookoises méritent un centre-ville digne de ce nom. C’est certain qu’on va continuer nos efforts pour des investissements à Sherbrooke ».