Vers une école d'ingénierie à Drummondville?

Le vice-recteur, recherche et développement de l'Université du Québec à Trois-Rivières, Robert W. Mantha, a suggéré que Drummondville puisse compter sur une école d'ingénierie, à même son campus du secteur Saint-Charles, et ce, dès l'automne 2017.
Le scénario paraît optimiste certes, mais pas complètement farfelu. L'Université est active en ce moment à évaluer les besoins des entreprises du Centre-du-Québec afin de définir quels programmes de formation sont les plus pertinents pour le campus drummondvillois.
« Nous sommes en mode consultation, il n'y a rien de défini, résume le porte-parole de l'Université, Jean-François Hinse. Notre mission est de répondre le plus adéquatement possible aux besoins de la région par des formations données sur le campus ou hors campus ».
C'est l'omniprésence d'entreprises du secteur manufacturier dans la région drummondvilloise qui a mis la puce à l'oreille de M. Mantha relativement à l'ingénierie. On retrouve effectivement quelque 500 entreprises de ce domaine dans la région et bon nombre sont à la recherche constante de nouveaux ingénieurs afin de se développer et de prospérer.
L'UQTR a confié à Diane Paradis, cadre-conseil, vice-rectorat aux études et à la formation, le mandat d'évaluer les besoins précis de la région et de planifier l'implantation de nouveaux programmes d'étude. On peut s'attendre à ce que l'institution procède à des annonces concrètes en ce sens au cours des prochains mois.
L'Université offre déjà des formations en génie chimique, génie électrique, génie informatique, génie industriel et génie mécanique à son campus principal de Trois-Rivières et devra faire le nécessaire afin de s'assurer de ne pas cannibaliser des programmes.