Dans le but d'insuffler une nouvelle dose d'énergie à la taverne O'Reilly, les propriétaires Benoît et Mario Aubé ont fait appel à l'équipe du Bistro-DT et du réputé Café Massawippi, Dominic Tremblay, Louis François Morel et Maryse Carrier pour qu'ils joignent la direction. Le trio est donc officiellement devenu copropriétaire samedi et amorcera ce nouveau défi lundi.

Vent de changement à la Taverne O'Reilly

Un vent de changement soufflera sur la Taverne irlandaise O'Reilly, qui sera l'objet d'une restructuration en profondeur à compter de lundi.
Dans le but d'insuffler une nouvelle dose d'énergie à leur établissement, les propriétaires Benoît et Mario Aubé ont fait appel à l'équipe du Bistro-DT et du réputé Café Massawippi, Dominic Tremblay, Louis François Morel et Maryse Carrier pour qu'ils joignent la direction. Le trio est donc officiellement devenu copropriétaire samedi et amorcera ce nouveau défi lundi.
« On va mettre notre griffe, notre passion, le savoir-faire qu'on a acquis en restauration depuis 17 ans, a souligné Dominic Tremblay. On a carte blanche sur le menu, sur les changements qu'on va vouloir apporter, mais on va toujours garder comme ligne directrice qu'il s'agit d'une taverne. C'est ce que les propriétaires principaux voulaient et nous, on se joint à l'équipe pour peaufiner le produit. C'est un beau défi qui sera adjacent à celui du DT et du Café. »
Le Bistro-DT signait déjà depuis juillet 2015 le menu de la Taverne O'Reilly, soit depuis que les cousins Aubé l'ont acquis. La Taverne avait initialement été ouverte par Pascal Gravel, qui était aussi propriétaire du Fondue Folie, en novembre 2012.
La douzaine d'employés de l'établissement situé sur la rue King Ouest, à l'intersection de Vimy, ont été rencontrés par les nouveaux propriétaires de la taverne sherbrookoise samedi et devraient tous conserver leur emploi.
« La réception a été super bonne auprès des employés, même si de la réticence au changement il y en a toujours. C'est une belle bâtisse avec un excellent potentiel. On va refaire le menu, donner une dynamique, une approche et une hospitalité différentes. Il y avait seulement besoin d'une structure, qu'on va être capable d'apporter. Après ça, sky is the limit. On va essayer que ça devienne intéressant pour tout le monde, que ça devienne une alternative constante», résume M. Tremblay.