Investissement Québec (IQ) a souligné le virage 4.0 d’Usinatech. Sur la photo (de g. à d.) : Jocelyn Beauchesne, vice-président, Réseau régional à IQ, Manon Hallée, directrice de comptes principale IQ, Normand Pelletier, vice-président, développement des affaires d’Usinatech, Rudy Pelletier, président et directeur général d’Usinatech, Guylaine Mathieu, directrice régionale, Centre-du-Québec à IQ, et Guy LeBlanc, président-directeur général d’IQ.

Usinatech acquiert six nouveaux robots

La compagnie Usinatech, de Melbourne, annonce un investissement de près de cinq millions $ pour la robotisation de son usine.

Le projet d’investissement consiste à optimiser les procédés, à automatiser plusieurs cellules de production et à assurer une connectivité des équipements. Plus précisément, l’entreprise compte acquérir et intégrer des équipements de production de dernière technologie, dont six nouveaux robots, note un communiqué de presse.

L’entreprise compte déjà quelque 150 machines d’usinage CNC et veut ainsi accroître sa productivité afin d’améliorer sa compétitivité par rapport au marché manufacturier international. 

« Notre entreprise prend le virage 4.0 de façon déterminée, ce qui lui permettra de poursuivre sa croissance et sa diversification sur le marché manufacturier international », assure Rudy Pelletier, président d’Usinatech.

Le projet vise aussi à augmenter les ventes et à diversifier les marchés, ajoute-t-on. La modernisation permettra non seulement d’atteindre ces objectifs, mais aussi de pallier la rareté de main-d’œuvre de production tout en créant dix emplois dans les secteurs des hautes technologies et de la robotique, lit-on dans le communiqué.

Aide de 3,9 M$

Pour sa part, le gouvernement du Québec attribue plus de 3,9 millions $ à Usinatech, un fabricant de pièces mécaniques de haute précision pour l’industrie automobile et celle des véhicules récréatifs.

Le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, et le député de Richmond, André Bachand, en ont fait l’annonce mercredi.

L’aide gouvernementale consiste en un prêt de 1,96 million $ accordé dans le cadre de l’initiative manufacturière par l’entremise du programme ESSOR, alors qu’un autre prêt de 1,96 million $ est consenti à même les fonds propres d’Investissement Québec.

« Je salue donc la décision d’Usinatech de poursuivre son virage 4.0 en optimisant à présent ses procédés. Le gouvernement du Québec est ravi de soutenir cette entreprise dynamique », déclare le ministre Pierre Fitzgibbon.

L’entreprise estrienne Usinatech possède également une usine au Mexique et exporte ses produits sur les marchés canadien, américain, européen et asiatique. 

Le programme ESSOR vise à appuyer, dans une perspective d’accroissement de la compétitivité et de la productivité, de création d’emplois et de développement durable, les projets d’investissement réalisés au Québec.