Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La présence d’une urgence ouverte 24 h sur 24 fait partie de la stratégie de la Chambre de commerce pour attirer des entreprises et de la main-d’œuvre dans la région.
La présence d’une urgence ouverte 24 h sur 24 fait partie de la stratégie de la Chambre de commerce pour attirer des entreprises et de la main-d’œuvre dans la région.

Urgence de Coaticook : des conséquences pour les entreprises

Simon Roberge
Simon Roberge
La Tribune
Article réservé aux abonnés
La Chambre de commerce et d’industrie de la région de Coaticook (CCIRC) dénonce vivement la décision du CIUSSS de l’Estrie-CHUS de fermer l’urgence de l’hôpital de Coaticook le soir et la nuit, jusqu’au 16 août prochain. Selon la CCIRC, cette décision entraîne des conséquences bien réelles sur les entreprises de la région.

La présence d’une urgence ouverte 24 h sur 24 fait même partie de la stratégie de la Chambre pour attirer des entreprises et de la main-d’œuvre dans la région.

« Ça faisait partie de nos points forts, on se servait de ça, explique Roger Garceau, directeur général. On travaille fort pour réunir des conditions gagnantes et ça, ce n’en est pas une. Ça va à l’encontre de nos démarches. Ça ne laisse pas une belle image. »

M. Garceau craint que cette situation ne soit pas que temporaire.

« Ça met un pied dans la porte et c’est pour cela qu’on a décidé de réagir, admet-il. Si on laisse passer ça comme si de rien n’était, c’est presque garanti que ça va se reproduire chaque fois qu’il y a un problème de personnel. »

Rappelons que les portes de l’urgence de Coaticook seront fermées tous les soirs du 18 h à 8 h du matin

Sondages sur l’achat en ligne

Parallèlement, la Chambre de commerce a entrepris une grande consultation des entreprises de la région et des citoyens concernant l’achat en ligne.

« On a travaillé fort durant la pandémie sur la plateforme achatlocalcoaticook.com, résume M. Garceau. On avait imaginé que ce pourrait devenir une plateforme de vente en ligne, mais on n’a pas de besoins clairs. Il y a plusieurs arguments pour et plusieurs contre. Les petites boutiques ne sont pas nécessairement prêtes à être disponibles 7 jours par semaine et avoir l’inventaire pour livrer rapidement. On teste les commerçants et les consommateurs pour connaître leurs attentes. »

La Chambre de commerce devrait colliger les résultats de ces sondages d’ici deux semaines.