Il sera bientôt possible de boire de la bière produite directement à l'Université de Sherbrooke, alors qu'une brasserie verra prochainement le jour sur la colline universitaire.

Une « usine-école » de bière à l'UdeS

Il sera bientôt possible de boire de la bière produite directement à l'Université de Sherbrooke, alors qu'une brasserie verra prochainement le jour sur la colline universitaire, a appris La Tribune.
L'université présentera jeudi les travaux de conception d'une « usine-école » comprenant une micromalterie, une microbrasserie et une microdistillerie, le tout réalisé par une vingtaine de finissants en génie biotechnologique avec le but avoué d'en faire un organisme sans but lucratif (OSBL).
« On rentre dans des enjeux non seulement financiers, puisque l'Université ne peut pas financer le projet toute seule, mais aussi politiques, donc c'est difficile de dire quand ce sera fait, mais on un plan pour aller chercher de l'investissement », indique Joël Sirois, professeur au département de génie chimique et de génie biotechnologique et responsable du projet.
Le projet, estimé à environ 7 M$ selon la proposition actuelle, permettrait la tenue de stages multiples servant aux étudiants de différents domaines, qu'il s'agisse d'étudiants en droit, en administration, en sciences, en communication ou autres. L'usine-école serait bâtie derrière la faculté de génie, près de la faculté de musique, et comporterait deux étages, dont une mezzanine vitrée pour permettre aux étudiants de garder un oeil sur les équipements et les procédés. Quelque 1500 litres de bière y seraient produits hebdomadairement et seraient vendus sous forme de canettes sur le campus. La bière pourrait également être dégustée sur place.
« Une des forces, c'est que c'est un projet rassembleur, qui implique plusieurs facultés, ce qui fait que tout le monde nous aide jusqu'à maintenant, ajoute M. Sirois. Ce n'est pas seulement pour les étudiants de génie. Dans deux ou trois ans, quand ça va être opérationnel, il y aura des étudiants en droit, en administration et d'autres qui pourront y peaufiner leurs connaissances. »
L'usine-école pourra aussi être utilisée pour l'enseignement dans différents programmes, pour la recherche et pour la réalisation d'essais pilotes avec des partenaires industriels.
« Dans pratiquement toutes les universités, on retrouve des étudiants qui brassent de la bière et qui doivent ensuite se perfectionner ailleurs. On veut que le projet soit un différenciateur pour l'Université de Sherbrooke. »
Parmi ces partenaires, quatre sont déjà identifiés, soit Laporte, l'usine de maltage Innomalt, la microbrasserie Siboire ainsi que la distillerie Oshlag.
Le projet sera présenté dans le cadre de l'Exposition MégaGÉNIALE !, à 10 h jeudi, à l'Agora du Carrefour de l'information de l'UdeS. Un total de 49 projets seront présentés lors de cette 22e exposition des étudiants de génie de l'UdeS, tenue mercredi et jeudi au Centre culturel.
Les étudiants y démontreront la faisabilité technico-économique du projet et le situeront clairement dans un processus de démarrage d'entreprise.
Cette présentation de l'ingénierie préliminaire de l'usine-école « sera immédiatement suivie de la phase deux », mentionne Joël Sirois, soit la formation d'une équipe de travail qui devra recruter des étudiants de différentes facultés qui travailleront à la réalisation des prochaines étapes de création et de démarrage de l'OSBL.
Bien qu'il ne s'agisse pas de la forme finale du projet, les visiteurs pourront même effectuer une visite virtuelle des lieux avec un casque à réalité augmentée qui leur permettront littéralement de « marcher dans l'usine », s'emballe Joël Sirois.
« C'est vraiment un gros projet très intéressant. C'est trippant, je n'ai pas d'autres mots », résume-t-il.