Bill Morneau

Une taxe à la frontière nuirait davantage aux Américains, dit Morneau

Le ministre des Finances du Canada a prévenu des gens d'affaires, à New York, qu'un projet de taxe à la frontière canado-américaine risquait d'appauvrir les deux pays, et pourrait même nuire davantage aux Américains.
Lors d'un discours à un événement du Forum économique mondial, lundi, Bill Morneau a prévenu qu'une telle taxe nuirait aux familles des deux côtés de la frontière en perturbant une relation commerciale bénéfique pour les deux parties et en imposant des coûts additionnels aux firmes américaines.
Cette prise de position forte du ministre canadien contre la taxe frontalière survient après que le ministre des Ressources naturelles, Jim Carr, eut noté la semaine dernière que la politique était accueillie avec beaucoup d'opposition à Washington.
M. Carr avait fait ce commentaire après une série de rencontres, à Washington, avec des politiciens, des représentants de l'administration et des gens d'affaires, qui ont soulevé des doutes quant à la possibilité que la taxe à l'importation puisse être adoptée dans le cadre d'un projet de loi omnibus.
M. Morneau affirme aussi que le gouvernement canadien a mené des évaluations préliminaires sur les impacts économiques potentiels d'une taxe sur les importations américaines, mais précise qu'il existe encore trop de données hypothétiques pour en arriver à une réponse claire.
L'incertitude entourant une taxe frontalière a soulevé des inquiétudes du côté des entreprises canadiennes, dont plusieurs s'appuient fortement sur l'exportation en sol américain.