Action plus de Sherbrooke a offert à une vingtaine de personnes à faible revenu une visite chez le coiffeur. Ainsi, Raymonde Pelletier et Lise-Angèle Boudrias-Pelletier se sont fait coiffer gratuitement à la veille de la Saint-Valentin. Pour leur initiative, Johanne Corriveau, copropriétaire du salon de coiffure Concept Glam, et Geneviève Bouchard, coordonnatrice d’Action Plus, ont reçu remerciements et câlins.

Une St-Valentin tout en beauté pour les gens à faible revenu

Pour la Saint-Valentin, une vingtaine de personnes à faible revenu ont eu droit, mardi, à un traitement royal au salon de coiffure. L’activité-beauté était organisée par Action plus de Sherbrooke en collaboration avec les coiffeuses du salon Concept Glam qui ont offert gratuitement une coupe de cheveux et une mise en plis aux vedettes du jour.

« On est venues se faire embellir. Pour la Saint-Valentin, on voulait être les plus jolies de la ville de Sherbrooke », raconte Lise-Angèle Boudrias-Pelletier, une retraitée.

« C’est une belle surprise, je suis très contente. Ça fait longtemps que je ne me suis pas fait gâter de même. Je l’apprécie. Ça fait chaud au cœur », renchérit sa complice Raymonde Pelletier.

Action Plus de Sherbrooke est un organisme communautaire fondé en 1970. Il a pour mission de faire la promotion et la protection des intérêts sociaux et économiques des familles et des personnes à très faible revenu dont les personnes assistées sociales, dans une perspective d’éducation populaire et de prise en charge de leurs conditions de vie. Les principaux objectifs de l’organisme sont de briser l’isolement et faire tomber les préjugés.

« C’est une journée spéciale pour nos membres, souligne la coordonnatrice d’Action Plus, Geneviève Bouchard. Beaucoup de nos membres sont sur l’aide sociale ou reçoivent uniquement la pension du gouvernement. En cette journée de la Saint-Valentin, on veut leur dire que même si on a un faible revenu, on peut avoir de petits plaisirs. »

Action Plus de Sherbrooke compte 68 membres et offre des services à environ 2000 citoyens par année.
« Quand on reçoit 648 $ par mois, on comprend que la coiffure et la mise en plis ne sont pas une priorité. C’est pourquoi on organise, pour une première fois cette année, cette activité. Les gens sont très touchés par l’initiative », ajoute la coordonnatrice qui recevait un gros câlin d’une des participantes à l’arrivée de La Tribune au salon de coiffure.

« J’ai tout de suite voulu embarquer dans le projet, souligne Johanne Corriveau, copropriétaire de Concept Glam. C’est pas parce qu’on n’a pas de sous, qu’on est sur le bien-être social, qu’on n’a pas le droit à des petits privilèges. Je pense que c’est une journée dont ils vont se souvenir. »

Sonia Nadeau, une autre membre d’Action Plus, était resplendissante après sa mise en plis. Celle qui souffre de fibromyalgie, qui a combattu un cancer et qui doit bientôt subir une opérerétion.
« Avec 648 $ par mois, tu ne vas pas loin. J’aimerais m’assoir avec celui qui a décidé de ce montant. On est des humains. C’est pas l’habit qui fait le moine, c’est le dedans de la personne », note celle qui était agente de sécurité avant d’être malade.