Un skieur au Mont-Orford.
Un skieur au Mont-Orford.

Une saison de ski l’hiver prochain?

Il est peut-être tôt pour se demander s’il y aura ou non une saison de ski l’hiver prochain. Mais les gestionnaires des stations de ski du Québec n’ont d’autre choix que de se pencher sur la question dès maintenant.

Président de la Corporation ski et golf Mont-Orford, Jacques Demers paraît confiant que les centres de ski de la province pourront accueillir les skieurs et amateurs de planche à neige l’hiver prochain. Il reconnaît cependant qu’une part d’incertitude existe.

«On connaît les normes de la santé publique concernant la pandémie actuellement, souligne M. Demers. Mais on a hâte de voir où on en sera rendu l’automne prochain. Ça nous permettra de mieux planifier la suite quand on aura plus d’information.»

En outre, le président de la Corporation Mont-Orford ignore si la station Mont Orford pourra faire monter des skieurs à bord de ses télécabines, cela puisque des enjeux de contagion seront à considérer.

De plus, il ne sait pas quelles normes édictera Québec relativement aux télésièges. Voudra-t-on par exemple que les gens soient à une certaine distance les uns des autres à bord des chaises? Trop tôt pour le savoir actuellement.

Dans la foulée, il note qu’il est probable que le nombre de clients maximal, à l’intérieur du chalet, sera réduit en comparaison avec ce qu’il est présentement. «C’est quelque chose de possible. Par contre, ce qui me rassure à ce sujet, c’est qu’on a agrandi le chalet l’an dernier donc on aurait beaucoup de places disponibles même à 50 pour cent», commente Jacques Demers.

Et pour l’extérieur, quelles seront les consignes? Là encore, il faudra attendre avant d’avoir l’heure juste. «C’est sûr que les gens se rassemblent au pied de la montagne. Comment devra-t-on gérer ça? Les skieurs auront-ils besoin d’un foulard devant le visage? Ça reste à voir.»

«Bon espoir»

Qu’importe les zones d’ombre existantes, M. Demers se montre peu inquiet. «Les parcs aquatiques et le Zoo de Granby, entre autres, ont eu le OK pour une réouverture cet été même s’ils avaient des défis plus grands que les nôtres à adresser. Ça me fait croire qu’il y aura aussi des solutions pour nous pour la saison prochaine», note-t-il.

Par ailleurs, Jacques Demers note que, grâce à des investissements récents, la station Mont Orford est capable d’offrir à sa clientèle davantage de pistes en début de saison, ce qui semble l’avantager dans les circonstances.

«On a plusieurs remontées mécaniques et on est aujourd’hui capable d’ouvrir plus de pistes plus vite. C’est le genre de chose qui m’encourage. J’ai bon espoir, surtout qu’on est une activité extérieure», fait-il valoir.

La Corporation ski et golf Mont Orford a investi plus de 10 millions $ dans ses installations au cours des dernières années. Elle a notamment ajouté des canons à neige sur le mont Alfred-DesRochers.