Les stations de la région n’ont pas connu un hiver catastrophique, loin de là en réalité.

Une saison de ski dans la moyenne

Des températures polaires, de fortes averses, du verglas et des chutes de neige tardives : les conditions climatiques observées pendant la saison 2017-2018 n’ont pas rendu la tâche facile au personnel des centres de ski. N’empêche, les stations de la région n’ont pas connu un hiver catastrophique, loin de là en réalité.

La saison de ski n’est pas encore terminée de façon officielle à la station Mont Orford. Il est en effet possible que ses remontées mécaniques tournent à nouveau le week-end prochain. Mais le président de la Corporation ski et golf Mont-Orford, Jacques Demers, laisse déjà entendre que les résultats financiers de son organisation, à la fin de l’exercice en cours, ne devraient pas décevoir.

« C’est notre deuxième ou troisième meilleure année depuis que la Corporation ski et golf Mont-Orford a été fondée en 2011, indique M. Demers. On est légèrement au-dessus de notre moyenne en fait. »

Le président de la Corporation ski et golf Mont-Orford reconnaît que la station Mont Orford « n’a connu aucune journée exceptionnelle » durant la saison 2017-2018. « Sur ce point-là, ça a été différent de l’année dernière. On n’a pas eu de très gros achalandage d’une journée. Ça a été plus régulier, je dirais, et la relâche scolaire a été meilleure qu’en 2016-2017 », explique-t-il.

Jacques Demers soutient que les résultats obtenus cet hiver tendent à démontrer que le Mont Orford est une organisation « rentable. C’est bien de voir qu’on est capable de générer des surplus pour investir même lors d’une année semblable. »

À la station Owl’s Head, le nouveau président-directeur général, Gilles Bélanger, reconnaît que la météo en dents de scie a eu un impact sur l’achalandage. Mais il ne peut dresser un bilan exhaustif de la saison 2017-2018 de sa montagne.

« On est environ 10 ou 15 pour cent en bas de l’an dernier, déclare M. Bélanger. On sait que les températures froides et certains bris d’équipements ont nui à l’entreprise cet hiver. Toutefois, c’est difficile pour moi d’en dire beaucoup plus parce qu’on vient juste d’acquérir la montagne et on est dans la validation des chiffres en ce moment. »

Grand patron de Bromont, montagne d’expériences, Charles Désourdy indique quant à lui que sa station « a commencé l’hiver à quatre pattes, mais que les skieurs et les planchistes ont été au rendez-vous par la suite ».

« On finit, à peu de choses près, avec une saison dans notre moyenne des cinq dernières années. Les –18 à –25 degrés Celsius qu’on a eus aux Fêtes ne nous ont pas aidés. En plus, on n’a pas vraiment pu offrir de vrai ski de printemps. Le mois de mars a cependant été bon et nos abonnés sont venus souvent nous visiter. »

À Owl’s Head et Bromont, les remontées mécaniques ont cessé de fonctionner pour la période estivale. Le Mont Orford pourrait pour sa part être ouvert samedi et dimanche, si les conditions météorologiques sont favorables. Enfin, le Mont Sutton sera en activité toutes les fins de semaine jusqu’au 6 mai.