L'ancien athlète Antony Damour lance cet été son entreprise de location de jetsurf.

Une première entreprise de location de jetsurf

Les amateurs de sports nautiques auront une nouvelle activité qui leur permettra de se mouiller cet été en Estrie. Le jetsurf, une planche motorisée ressemblant à un hybride entre la motomarine et le surf, promet d'attirer les curieux à Eastman. L'ancien athlète de snowboard cross Antony Damour propose la location de son bolide sur le lac Damour.
Cinq ans après avoir évolué sur le circuit de la coupe du monde de snowboard cross, à 26 ans, Antony Damour choisit l'entrepreneuriat. « J'ai décidé d'arrêter le sport. Je ne voyais pas beaucoup d'avenir là-dedans parce que les saisons coûtaient très cher et je n'avais pas beaucoup d'aide du gouvernement. Je suis donc retourné à l'école pour faire mon bac en comptabilité. »
Déjà propriétaire d'une compagnie de tonte de gazon, M. Damour s'est intéressé au jetsurf en raison des affinités naturelles entre ce sport et la planche à neige. « Sur l'eau, on a à peu près le même feeling que sur la neige », confie-t-il.
Concrètement, le jetsurf est une planche d'environ deux mètres munie d'une gâchette qui permet de contrôler la puissance de propulsion. « Il faut une petite base de sport de glisse pour bien le maîtriser, mais une fois que tu atteins ta vitesse, c'est assez stable. Ce qui est difficile, c'est que tu contrôles le gaz avec tes mains et ça donne des petits coups à l'occasion. C'est un peu comme le surf. Tu pars sur le ventre, tu donnes du gaz et tu te mets à genou. Après, tu peux te lever. »
Antony Damour ne possède qu'un jetsurf pour le moment. Il offre des séances de formation et de location pour deux personnes, à raison de 30 minutes par personne. Il peut aussi se déplacer pour les groupes plus importants. Le prix par personne est de 90 $.
« L'idée d'en faire la location vient un peu de la popularité du flyboard. Il y en a un peu partout déjà, alors que le jetsurf est un sport plus actif sur lequel tu as plus de contrôle. Pour le moment, je suis le seul au Québec à en faire la location. J'avais vu des vidéos sur YouTube et ça m'a accroché tout de suite. Le problème, c'est que je ne pouvais pas l'essayer ici, alors je me suis rendu à Miami. J'ai été capable d'en faire du premier coup. Ce n'est pas très difficile. »
Selon Antony Damour, ce nouveau sport s'adresse à une clientèle assez large, si bien qu'il est possible de louer le jetsurf à partir de l'âge de 12 ans.
Si la demande était importante, M. Damour achèterait probablement un deuxième appareil cet été. Les jetsurfs sont vendus au coût de 15 000 $ environ. Il rêve aussi de devenir distributeur pour le Québec. « Le ski nautique et le wakesurf sont très populaires dans la région. Je suis convaincu qu'il y a un marché. » Il est possible d'en savoir plus et de réserver en consultant le qcjetsurf.ca.
L'entreprise Paleteria, lancée par Antony Damour et Marie-Ève Laprise, offre 12 saveurs de sucettes sans gluten et sans lactose.
Se délecter de sucettes glacées sans gluten ni lactose
Antony Damour n'est pas resté les bras croisés à la fin de ses études en comptabilité. En plus de son entreprise de location de jetsurf, il a lancé le mois dernier, avec sa copine Marie-Ève Laprise, Paleteria, une compagnie qui fabrique des sucettes glacées à base de vrais fruits.
« Ce sont comme des smoothies que nous mettons dans des moules et que nous faisons geler. Ce sont des produits sans lactose et sans gluten. C'est une option santé pour les crèmeries. Pour le moment, nous livrons directement aux crèmeries, ou nous pouvons faire des commandes pour des événements spéciaux comme des mariages. C'est un produit qui se vend bien en grandes quantités », explique Antony Damour.
Pour le moment, la plupart des sucettes, aussi appelées paletas, sont fabriquées avec des fruits congelés. « L'objectif est d'en arriver à n'utiliser que des fruits frais. Nous avons une capacité de fabrication de 1000 paletas par jour, mais nous ne produisons pas au maximum de notre capacité pour le moment. »
Si M. Damour s'occupe davantage de comptabilité, c'est Marie-Ève Laprise qui a conçu les recettes. « Elle a fait son cours en alimentation. »
Les paletas se déclinent en douze saveurs divisées en trois gammes. « Nous avons la gamme Fruito, faite avec des vrais fruits, la gamme Gelato, aux saveurs de noix de coco, de chocolat et de caramel salé, et la gamme Jugo, qui ressemble plus à des sucettes régulières. Ce qui nous différencie, c'est que la texture est plus onctueuse et moins en glace. »
Les produits de l'entreprise Paleteria sont en vente chez Ben la bedaine à Granby et pourraient bientôt être offerts au Pub du Pont à Magog et à la crèmerie Les 2 Soeurs de Saint-Élie.