Le domaine des friperies est en pleine transformation.

Une friperie en ligne afin d’éviter un déménagement

Le domaine des friperies est en pleine transformation. Certains propriétaires de ces magasins de vêtements usagés changent leur fusil d’épaule et vendent leurs morceaux sur Internet.

C’est le cas de Nicole Lambert, propriétaire de la friperie Vintage en folie, qui ouvrira son commerce en ligne d’ici septembre.

À lire aussi : La friperie NAIK lance un appel à l'aide

Mme Lambert a choisi cette avenue afin d’éviter un autre déménagement. « Le local dans lequel j’avais ma friperie s’est fait convertir en studios par le propriétaire de la bâtisse, explique-t-elle. Ça fait deux mois que je n’ai plus de commerce, mais je me dirige vers une friperie en ligne. C’était plus payant pour lui de convertir les locaux en studios. »

Pour elle et son commerce, les affaires allaient bien. « J’avais ma clientèle qui me suivait. Il y a de la place pour tout le monde. J’ai décidé de faire un commerce en ligne, car ça aurait été mon quatrième déménagement. Quand on déménage un commerce, on perd des plumes. C’est deux à trois mois sans argent qui rentre à chaque déménagement. Je ne voulais pas couvrir ces frais et je n’avais pas le courage mental de recommencer », indique-t-elle. 

Cependant, Nicole Lambert s’ennuie du lien de proximité qui la liait à ses clients. « Je m’ennuie terriblement de ma clientèle. J’ai fait un croisement avec la Friperie Éco-Look, donc les gens peuvent venir essayer les vêtements que je mets sur Facebook deux fois par semaine à cette boutique », précise la propriétaire. 

« J’ai de l’aide de l’organisme Branchons les PME pour mon entreprise, mais je ne dis pas que je ne vais pas retrouver pignon sur rue, un jour. Je m’ennuie trop », résume-t-elle.