Serge Auray
Serge Auray

Une demande démesurée pour le désinfectant thymox

Déjà en hausse exponentielle lorsque les cas d’infection à la COVID-19 se multipliaient en Asie et en Europe, la demande pour le désinfectant Thymox produit à Sherbrooke est complètement démesurée depuis que la crise sanitaire a touché l’Amérique.

Ce sont plus de 80 000 litres de concentré de désinfectant de surface à base d’huile essentielle de thym qui sortent de l’usine de production de Sherbrooke chaque semaine. Ces quelque 400 barils hebdomadaires permettent aux distributeurs de produire plus de 2,64 millions de bouteilles de 750 ml de désinfectant homologué pour détruire le coronavirus.

Dès la semaine prochaine, la cadence de production pourrait grimper à plus de 100 barils par jour de ce désinfectant naturel pour les surfaces, les comptoirs et les planchers.

En comparaison, 17 barils de 200 litres de Thymox avaient été vendus en janvier 2020, et 312 en février, au début de la crise de la COVID-19.

Chacun des barils de 200 litres de concentré de Thymox est multiplié par 33 par les distributeurs avant d’être mis en marché.

« Je cherche le qualificatif pour l’explosion de la demande de notre produit. Présentement, il y a une demande mondiale pour les désinfectants et il y a un enjeu majeur pour l’approvisionnement de tous les produits qui entrent dans leur composition. Nous avons réglé ce problème de chaîne d’approvisionnement depuis 48 heures. Notre thym provient de l’Espagne, de l’Inde, de l’Allemagne et de la Chine et nous réussissons à en obtenir », assure le président fondateur de Laboratoire M2, Serge Auray.

Si la demande pour la Chine et l’Europe s’est stabilisée, c’est aux États-Unis, mais surtout au Canada et bien entendu au Québec que le Thymox est le plus couru.

« La demande est principalement concentrée dans les hôpitaux et les transports publics. Nous pouvons présentement répondre à seulement 40 pour cent de la demande. Lorsque nous aurons pris notre erre d’aller, nous pourrons fournir 65 à 70 pour cent des demandes qui nous sont faites », soutient Serge Auray.

Il explique que les commandes pour le Thymox sont passées pour au moins six mois.

Pour répondre à la demande de ce produit essentiel en période de pandémie, le Laboratoire M2 doit s’assurer que ses 12 employés restent en santé.

« Nous désinfectons nos locaux trois fois par jour de fond en comble. Les portes sont barrées et nous avons un protocole d’accès très serré à la bâtisse. Les employés mangent éloignés les uns des autres. Toutes les règles d’isolement social sont respectées. On ne peut se permettre d’arrêter », signale Serge Auray.