Simon Harvey et Guillaume Gallant-Lemay du Siboire ont visiblement apprécié leur expérience au Festibière.

Une belle réussite pour le Festibière

La première édition du Festibière à Sherbrooke est un réel succès, assurent les organisateurs. Les Sherbrookois ont répondu présents.

La décision de tenir l’événement au parc Victoria s’est avérée une excellente décision. Le feu de camp, les jeux de poches, la musique en direct et le relief en auront marqué plus d’un.

« C’est un site qui n’est pas grandement utilisé », explique Sébastien Huot, organisateur des évènements du Festibière. « On savait que le parc Jacques-Cartier est très utilisé et central, sauf qu’il y a beaucoup d’évènements là-bas déjà. On ne voulait pas faire concurrence à d’autres évènements non plus », ajoute-t-il.

En discutant avec la Ville de Sherbrooke, le parc Victoria a été proposé. « On est venus visiter avec la Ville et on est tombés amoureux de ce parc-là », confie M. Huot. Les trois autres endroits du Festibière ont tous leurs particularités, un cachet bien à eux. « Mais celui-là, c’est un beergarden pour vrai et le monde a beaucoup apprécié, autant que nous. »

Francis Laporte, le représentant d’Oshlag qui n’en est pas à son premier festival, confirme les dires de l’organisateur. « J’adore le site, c’est un des plus beaux au Québec ».

L’équipe du Festibière est assurément l’initiatrice d’une activité de grande envergure au parc Victoria. Comme le prouve l’achalandage des derniers jours, l’évènement est une réussite. « Il y en a d’autres qui vont peut-être s’intéresser à venir ici », ajoute M. Huot.

UNE RÉUSSITE

« Le résultat est génial, c’est ce qu’on voulait », déclare l’organisateur en parlant pour toute son équipe. La Brasserie Générale avait déjà plié bagage dimanche, elle s’est fait dévaliser ses réserves. Les représentants ont laissé un message à l’entrée de leur kiosque pour remercier les Sherbrookois. Ils ne s’attendaient pas à autant de visiteurs.

Les jeux pour les enfants ont permis d’accueillir toutes les tranches d’âge. « Le site est fait pour la famille, c’est rare qu’on voie ça dans un festival », commente Xavier Robillard, employé du kiosque d’Oshlag.

Leur kiosque était d’ailleurs très populaire ce week-end. Cette popularité s’explique par la grande diversité de choix de bières qu’il proposait. Les produits sont offerts dans plusieurs brasseries, les mélanges de bières d’Oshlag se retrouvent donc un peu partout et deviennent très populaires.

L’aspect local devient aussi important que l’aspect de découverte pour les organisateurs. En plus de la belle représentation des brasseurs et restaurateurs d’ici, tous les ameublements, les équipements techniques et de sécurité viennent de fournisseurs sherbrookois. « C’est nos valeurs », insiste l’organisateur du Festibière.

L’organisation de la ville était très impliquée dans le projet. « Ce que je vois c’est qu’il y a une belle ouverture pour la prochaine édition », mentionne Sébastien Huot. Avec la permission d’une première édition, Sébastien Huot s’engageait pour une présence récurrente dans les prochaines années. Pour lui, il s’agit d’investir, mais aussi de bâtir une belle activité à Sherbrooke.

LA MODE FOOD TRUCK

Les food trucks ont fait fureur cette année. La mode montante pour ce type d’exposant de nourriture se fait sentir depuis les dernières années. « C’est le fun de voir ça aller », explique Sébastien Huot.

Jérôme Paquette, qui s’occupe du Gros Luxe a sauté sur l’occasion. « Ça super bien marché, on est super contents », déclare-t-il. « On est étonnés ! On a été sold out les deux soirs, on a dû arranger ça ce matin », rigole le chef exécutif. Il était important pour M. Paquette d’être présent avec le Gros Luxe pour partager le message qu’un restaurant vient d’ouvrir à Sherbrooke.

Les organisateurs présenteront un bilan détaillé dans les prochaines semaines.

Pour la sécurité, le Service de police de Sherbrooke (SPS) a déclaré qu’aucun problème n’a nécessité une intervention ou une assistance médicale. Samedi soir, le SPS a effectué un barrage préventif à la sortie du stationnement. Environ 150 conducteurs ont été vérifiés et seulement une personne a été arrêtée pour capacités affaiblies.