Le professeur Léon Sanche

Un professeur de l’UdeS derrière une des 10 découvertes de l’année

SHERBROOKE — Le professeur de l’Université de Sherbrooke Léon Sanche est le chercheur derrière l’une des dix découvertes de l’année, selon Québec Science. Son travail donne des pistes sur la façon dont la vie pourrait avoir émergé sur Terre.

Selon un article de Québec Science, il s’agit de la découverte de molécules complexes dans un environnement reproduisant l’hostilité de l’espace qui aurait mené à cette avancée scientifique.

M. Sanche est professeur à la Faculté de médecine et des sciences de la santé, dans le département de médecine nucléaire et radiobiologie. Il détient un baccalauréat en sciences de l’Université Laval et un doctorat en philosophie obtenu à l’Université Yale. M. Sanche est titulaire de la Chaire de recherche du Canada en science des radiations.

Cela fait 40 ans qu’il se consacre à l’étude des électrons secondaires, produits en très grand nombre lors de rayonnements ionisants comme les rayons utilisés en radiothérapie pour détruire les cellules cancéreuses. Récemment, le physicien a pu voir que les applications de ces travaux pouvaient répondre à plusieurs questions au sujet des origines de la vie.

Québec Science raconte que M. Sanche et son équipe ont démontré que des électrons de basse énergie peuvent, dans certaines conditions, créer des molécules propices à l’apparition de la vie, des molécules prébiotiques. Après maintes expériences, le chercheur de l’Université de Sherbrooke a découvert des molécules complexes, apparentées à celles qu’on trouve dans les systèmes vivants. Comme la glycine, un acide aminé nécessaire à la structure des protéines et qui a déjà été repéré sur des météorites et satellites de notre système solaire. Les résultats de ces recherches ont d’ailleurs été publiés dans The Journal of Chemical Physics.

Il n’a pas été possible de rejoindre Léon Sanche dimanche.