Les exposants feront tout en leur possible pour qu’une belle ambiance règne dans le marché de Noël de La Fabrique.
Les exposants feront tout en leur possible pour qu’une belle ambiance règne dans le marché de Noël de La Fabrique.

Un premier... et dernier marché de Noël

Malgré l’annonce de la fermeture de La Fabrique, qui est prévue pour le 13 décembre, les artisans font preuve de résilience et se réunissent pour la première édition du Marché de Noël, qui sera probablement la dernière. Les membres de la coopérative sont prêts à accueillir les Estriens du 5 au 7 décembre.

L’ambiance était particulière dans le local situé au 400 rue Marquette. On pouvait sentir la frénésie des Fêtes, mais aussi la lourdeur d’une fermeture imminente. Les artistes ne peuvent pas cacher leur peine. « Le négatif restera toujours négatif, indique Gaétan Morneau, un ébéniste qui utilise les locaux de La Fabrique depuis deux ou trois ans. On pourrait le prendre positivement, comme on est supposés de le prendre, mais ça n’empêche pas que le cœur saigne quand même. Ça ne parait pas à l’extérieur, mais c’est comme ça. On ne peut pas dire qu’on est dans la joie de Noël. »

À LIRE AUSSI: La Fabrique ferme ses portes

Cependant, les exposants feront tout en leur possible pour qu’une belle ambiance règne dans le marché. « C’est une question d’atmosphère. Si on est capable de dégager une belle énergie, ça va être plaisant. Si on n’est pas capable de sortir de notre laxisme, c’est plus dur. Cependant, on va s’en sortir », assure M. Morneau, qui reste souvent de 9 h à 21 h dans l’établissement.

« C’est assez difficile de gérer un marché, on accueille et on échange en sachant que c’est fini, analyse pour sa part Léonard Fortin, un verrier. C’est deux idées complètement aux antipodes. C’est vraiment difficile. Après, il y a toujours des solutions. »

L’homme considère que La Fabrique était « une église ». « C’est un lieu où on fait des rencontres avec des personnes qui fabriquent de leurs mains. On échange nos savoirs et nos expériences. Ça nous permet de créer beaucoup de choses », pense-t-il.