Le ministre de la Famille, Luc Fortin, la députée de Richmond, Karine Vallières, la directrice générale d’Acier Orford, Catherine Marquis, la directrice du CPE Jardin d’A.M.I.S, Johanne Levasseur, le maire de Sherbrooke, Steve Lussier, ainsi que les enfants Ariane, Victoria, Élisabeth et Félix ont annoncé l’ouverture d’un CPE dans les locaux d’Acier Orford.

Un premier CPE en entreprise voit le jour

Pour la première fois en Estrie, un Centre de la petite enfance (CPE) sera instauré dans les murs d’une entreprise. Les employés d’Acier Orford auront la chance de faire garder leurs enfants entre les murs de la compagnie, dans une garderie de 21 places qui sera gérée par le CPE Jardin D.A.M.I.S.

Les infrastructures, qui sont prêtes pour recevoir les enfants depuis le mois de mars 2016, vont bientôt accueillir leurs premiers clients, selon la directrice du CPE Jardin D.A.M.I.S, Johanne Levasseur.

« C’est l’idéal. Les locaux sont un peu plus grands que ce que le ministère recommande. On a trois locaux. Un local pourra accueillir cinq poupons. Deux autres locaux pourront accueillir huit enfants. Ces locaux seront multiâges. On va ajuster les groupes en conséquence des besoins des parents et des inscriptions. On est contents que ce soit abouti. Nous sommes passés par un chemin qui n’est pas conventionnel, car les infrastructures ont été construites avant l’approbation du ministère », affirme-t-elle, ajoutant que le projet était prévu pour 2020-2021 avant d’être devancé.

Il ne reste que quelques détails à fignoler avant que le CPE soit prêt à ouvrir ses portes aux enfants. « On prévoit accueillir environ cinq nouvelles éducatrices, confirme Mme Levasseur. Il nous reste à savoir si nous engageons un traiteur ou si l’on prend charge de la cuisine. » L’analyse des plans et l’achat de matériel devront aussi être effectués.

Selon le ministre de la Famille, Luc Fortin, les choses n’ont pas été faites dans l’ordre, mais le rendu est de qualité. « Habituellement, les plans sont approuvés avant que les installations soient construites, indique-t-il. Ici, ça a été le contraire. Une validation des plans va être faite au cours des prochaines semaines, j’ai demandé à ce que ce soit le plus rapidement possible. On a une infrastructure de qualité et il y a un besoin. »

Une bonne nouvelle pour la famille

D’autres CPE de ce genre pourraient voir le jour, selon Luc Fortin. « Je peux vous dire qu’il y aura d’autres annonces au Québec dans les prochaines semaines. Quand il y a un service de garde dans une entreprise, on s’attend à ce que les heures d’ouverture soient similaires à celles de l’entreprise. De plus, les travailleurs ont leur enfant à proximité, donc s’il y a quoi que ce soit, ils sont rapidement sur les lieux. C’est bon pour les parents et pour les enfants », analyse M. Fortin.

« On sait que c’est un territoire qui a été identifié dans notre système comme étant un territoire en déficit de places, ajoute-t-il. On souhaite faciliter la conciliation famille-travail, alors c’est un bel exemple. »
En tout, ce sont 76 nouvelles places subventionnées qui seront créées au CPE Jardin D.A.M.I.S.