Il ne manque qu’un ou deux serveurs pour compléter l’équipe du Westley qui ouvrira au mois de janvier.

Un nouveau resto-bar verra le jour au Baron

Les amateurs de bonne bouffe et de bières de microbrasserie auront une destination supplémentaire à visiter à Sherbrooke. Le Westley devrait ouvrir ses portes à la fin du mois de janvier au 3200 rue King Ouest.

Malgré la pénurie de main-d’œuvre qui frappe la région, ils ont été plusieurs à cogner à la porte de l’établissement pour y travailler.

« De par mes implications passées, je connais beaucoup de gens dans l’industrie et j’ai pu leur parler de ce projet, mentionne Julien Bousquet, directeur des opérations et copropriétaire du Westley. On offre aussi une assurance collective à nos employés ce qui est très rare dans le domaine de la restauration. Mais surtout, on implique nos employés dans le restaurant. Ils ont aidé à la création du menu et ils participent aux décisions. »

Il ne manque qu’un ou deux serveurs pour compléter l’équipe du restaurant qui tiendra d’ailleurs une journée pour rencontrer les personnes intéressées.

« Pour moi, un CV dans la restauration ça ne vaut pas grand-chose, mentionne M. Bousquet qui a vendu ses parts de la taverne O Chevreuil en juin dernier. Je veux les rencontrer et leur parler. »

L’objectif : être un bar avec de la bonne nourriture. L’établissement proposera plusieurs bières de microbrasserie, mais ne forcera pas la note concernant la mixologie.

« C’est quelque chose qui est super le fun, mais c’est une idée qui s’essouffle un peu selon moi, souligne M. Bousquet. Je ne pense pas que ça réponde aux attentes des Sherbrookois. Il y aura quelques cocktails à base de sirop d’érable, mais on veut redonner les lettres de noblesse aux spiritueux. On a aussi beaucoup travaillé sur la sonorisation et on a créé de bonnes listes de chansons. »

« On n’invente rien, mais on retourne à des bases solides », résume-t-il.

Au-delà du local

Le Westley se voudra également un fier défenseur des produits locaux. Julien Bousquet souhaite toutefois passer à l’échelon supérieur.

« On veut aller au-delà de servir des produits locaux. On veut cueillir des légumes et les servir dans la journée. On a acheté 11 cochons qu’on est en train d’engraisser et on a ensemencé un étang avec des truites. »

« On n’aura pas 50 plats sur le menu, poursuit-il. On va se concentrer sur la qualité et sur des tables d’hôte qui vont changer tous les midis. Les assiettes seront plus grosses qu’une entrée, mais plus petites qu’une portion normale. Il va aussi y avoir une ambiance de dégustation. »

Julien Bousquet vise une ouverture dans les deux dernières semaines de janvier. Il est accompagné dans le projet par Xavier Boilard qui est également directeur général d’Omnimed à Cookshire.