Dominic Dubé et Claudia Poulin, de l’entreprise Evive, ont conclu une entente avec les dragons Martin-Luc Archambault et Caroline Néron.

Un effet « fulgurant » sur les ventes d'Evive

Le récent passage des cofondateurs de l’entreprise d’origine sherbrookoise Evive, Claudia Poulin et Dominic Dubé, à l’émission Dans l’œil du dragon a eu un effet « fulgurant » sur les ventes de la PME.

Tellement qu’Evive a triplé son chiffre d’affaires en moins de 72 h ! Alors qu’on prévoyait 1,5 million $ de ventes en 2018, la direction vise maintenant 2,5 millions $ pour leur troisième année en affaires.

Evive avait 700 clients le 12 juin. La PME a maintenant plus de 2200 nouveaux clients pour un total de 3000 clients récurrents sur le Web, annonce-t-on.

On a dû procéder à l’embauche de quatre nouveaux employés.

« Nous visons une grosse semaine ! », lance Mme Poulin lors d’un entretien accordé à La Tribune.

« Nous connaissons un gros boum. Il faut réagir pour répondre à la demande. »

Rappelons que c’est à la suite d’une offre de partenariat avec Martin-Luc Archambault et Caroline Néron, deux investisseurs de l’émission Dans l’œil du dragon, que les jeunes entrepreneurs de Sherbrooke, maintenant établis à Montréal, ont vu Evive atteindre un tel succès.

L’entreprise propose de petits cubes congelés d’ingrédients nutritifs et biologiques auxquels on ajoute un liquide au choix pour créer des smoothies. Le tout est proposé en six saveurs dans plusieurs épiceries à travers le Canada ainsi que sur le site web evivesmoothie.com en boîtes récurrentes qui permettent aux abonnés de recevoir une livraison de 12 smoothies, à fréquence d’une à quatre fois par mois.

Claudia Poulin et Dominic Dubé ont décidé de devancer la sortie d’une nouvelle gamme de produits pour les lunchs, ajoute-t-on. Les produits sont disponibles en ligne ainsi que dans plus de 700 épiceries partout au Canada, pour une augmentation de 630 points de vente en un an seulement.

« Nous pensons que ça va durer. Nous travaillons pour que la demande se maintienne », clame Claudia Poulin.

« Ce n’est pas juste une bulle. Les clients se sont abonnés. »

L’entente avec les dragons Archambault et Néron n’est pas encore finalisée.

Les Estriens ont du succès 

Après passage de son propriétaire devant les dragons, en avril, le site internet mesbobettes.ca avait aussi connu une hausse importante de ses ventes. L’homme d’affaires sherbrookois Philippe Vachon avait aussi convaincu les mêmes dragons d’investir dans sa compagnie.

Les répercussions sont les mêmes du côté de Mystea, une entreprise qui se spécialise dans la vente du thé et des tisanes 100 % naturels. Marc Ricard et sa fille Anne avaient obtenu l’appui de M. Archambault et de la dragonne invitée, Eve-Lyne Biron.

« Nous sommes très occupés, confirme Anne Ricard. Nous avons de belles retombées de notre passage à l’émission. C’est une très belle visibilité. »

« Nous avons plus de ventes par internet et aux points de vente. Nous avons un projet qui pourrait se concrétiser au Cégep de Sherbrooke aussi. »

Mme Ricard mentionne que l’entente entre sa compagnie et les investisseurs n’est pas encore finalisée. Une seule rencontre avec des dragons a eu lieu jusqu’à présent.

L’homme d’affaires magogois Michel Boivin vit aussi de beaux moments depuis mercredi dernier. Rappelons qu’il a impressionné les dragons avec son système baptisé Hold-Up qui vient « faciliter la vie des gens » voulant transporter des objets dans le coffre arrière de leur voiture.

« Mon but est d’entrer dans les grandes surfaces, dit-il. Depuis l’émission, je reçois des offres. »

« Je ne voulais pas me voir à la télé. Quand l’émission a été diffusée, j’étais au restaurant. Mon téléphone s’est mis à vibrer dans les minutes après et ça a arrêté à minuit. J’ai fait plusieurs ventes juste là. »