Les propriétaires de l'Auberge du Changement d'ère rénovent les vestiges du Spa Menthe Fraîcheur, qui a fermé ses portes il y a quelques années.

Un écoquartier à Coaticook

L'auberge du Changement d'ère, située à Coaticook, est unique en son genre. Située sur les vestiges de l'ancien Spa Menthe Fraîcheur Atmosphère, l'Auberge est la première partie du plan de l'écoquartier Généroville. Joël Larouche et sa conjointe, Chloé De Wolf, caressent l'idée de fonder un écoquartier depuis belle lurette.
L'écoquartier, qui comptera entre huit et 17 unités, sera desservi par la ville.
« Ici, le but, c'est que ce soit un quartier à empreinte écologique et sociale positive. On veut casser l'isolement chez les gens et faire ce dont on est capable pour inspirer au changement », poursuit Joël.
En aménageant leurs deux premières chambres sur l'ancien spa, les tourtereaux amorcent leurs premiers pas vers leur rêve.
Le couple, qui est composé de deux architectes, veut que son petit coin de pays soit une expérience en tant que telle. Comme imaginé, « ce ne sera pas des bâtisses carrées », affirme Joël, qui va laisser place à son imagination.
« Ça va être l'expérience du dodo en pleine nature », affirme Chloé. Le site, situé dans les bois, montre sa nature sous toutes ses formes. Les deux chambres, dont une sera disponible seulement un peu plus tard cet été, disposent d'un puits de lumière. Les visiteurs peuvent donc vivre l'expérience d'une nuit à la belle étoile dans le confort d'une maisonnette.
Une aventure féérique
Si l'aventure de Foresta Lumina est connue pour être magique, les propriétaires de l'auberge du Changement d'ère veulent que leurs services le soient tout autant. « On sait que 50 % des visiteurs viennent seulement pour Foresta Lumina, et qu'ils cherchent simplement quelque part pour dormir. Mais ça les amène aussi dans un rêve. S'ils veulent compléter l'aventure avec une expérience féérique, bien go. On est dans cette magie-là » commente Joël.
Autre détail pour le moins surprenant, ce sont des chèvres qui tondent le gazon du terrain. Des légumes sont aussi plantés, et les clients de l'Auberge peuvent se servir de la cuisine des propriétaires, qui est commune.
Généroville
Le plan de Généroville devient de plus en plus concret. « Il ne faut pas confondre écovillage et écoquartier », explique Joël.
Un seul hic empêche les amoureux de pousser le projet plus loin immédiatement.
« Le problème est le zonage. Tu as des partis de terrains publics, des parties de terrains privés, tu as l'auberge qui est une espèce de commerce. Par contre, on a une bonne écoute à la Ville », renchérit Joël.
Plusieurs pensées se bousculent dans les têtes de Joël et de Chloé. Agrandir le bassin du spa pour en faire une piscine verte et rouvrir le sauna, entre autres, sont dans les plans. Les futurs habitants de Généroville pourraient autant en profiter que les locataires de l'auberge.