C’est seulement la troisième fois que le Canada reçoit le congrès d’apiculture.

Un congrès d’apiculture pour brasser des idées

Un événement international d’envergure sur l’apiculture et tout ce qui en découle rassemblera cette semaine quelque 6000 participants à Montréal.

Jusqu’au 12 septembre, le 46e Apimondia réunira des gens de l’industrie, mais aussi des chercheurs provenant de 130 pays et environ 200 exposants. L’écologie, la pollinisation, la santé de l’abeille et les préoccupations liées aux pesticides figurent parmi les sujets de discussion, tout comme la préparation du miel, ses produits dérivés et leur utilisation.

«Depuis les 15 dernières années, on observe une croissance du nombre de ruches au Canada parce qu’il y a une demande pour les services de pollinisation», explique en entrevue à La Presse canadienne Pierre Giovenazzo, président du congrès Apimondia.

Celui qui est aussi professeur au département de biologie de l’Université Laval, explique que les services de pollinisation ont pris de l’ampleur en raison de l’augmentation des grandes cultures, par exemple des petits fruits comme les bleuets ou les canneberges.

«ll n’y a pas assez de pollinisateurs naturels — donc d’abeilles sauvages — , alors que les champs de bleuets par exemple sont dépendants à 90 % de la présence d’abeilles. On les remplace donc par des «abeilles domestiquées» gérées par des apiculteurs», explique M Giovenazzo.

Les technologies nouvelles, comme pour inséminer les reines et essayer de travailler la sélection pour trouver des abeilles qui passent mieux l’hiver, la biologie de l’abeille et l’apithérapie sont aussi à l’ordre du jour des divers symposiums. La préparation du miel, ses produits dérivés et leur utilisation sont aussi des sujets incontournables, d’autant plus avec l’intérêt des fabricants de produits cosmétiques.

Fraude du miel

Sans compter tout le dossier de la fraude du miel, qui est un phénomène de plus en plus préoccupant sur les marchés internationaux. Il en sera question lors de tables rondes, notamment sur des méthodes pour déceler ces fraudes qui consistent à mélanger le miel avec des sucres raffinés.

À noter que c’est seulement la troisième fois que le Canada reçoit ce congrès d’envergure internationale. Il y a près d’un siècle que le Québec a été l’hôte de l’événement, soit en 1924 dans le Vieille Capitale, puis plus récemment à Vancouver qui l’a organisé en 1990.