Vincent Houle, président de MI Integration, exhibe un prototype du masque Dorma 99, qui sera produit à grande échelle dans l’usine sherbrookoise.
Vincent Houle, président de MI Integration, exhibe un prototype du masque Dorma 99, qui sera produit à grande échelle dans l’usine sherbrookoise.

Un concurrent au N95 entièrement québécois

Alain Goupil
Alain Goupil
La Tribune
Un nouveau masque est sur le point de faire son entrée dans la bataille contre le coronavirus. Un masque entièrement conçu et fabriqué au Québec, plus efficace et plus écologique que le très connu N95.

Le Dorma 99, conçu par Dorma Filtration et le docteur René Caissie, sera mis en production vendredi dans l’usine Mi Integration de Sherbrooke, avec des composantes produites par Sefar, à Saguenay, et eLab Extrusion, à Magog.

MI Integration, qui se spécialise dans de produits d’étanchéité pour l’industrie de l’automobile, prévoit être en mesure de produire 500 000 masques par mois d’ici la fin de l’année.

« Et si tout va bien, en janvier, on devrait être en mesure d’augmenter la cadence à un million » de masques par mois, précise Vincent Houle, président MI Integration.

Plusieurs hôpitaux, au Québec et ailleurs au Canada, ont déjà placé des commandes en vue d’utiliser le Dorma 99.

Les premiers prototypes menant à la production du Dorma 99 ont vu le jour en mai dernier.

À la demande du CNRC, MI Integration a été invité à concevoir différents moules et à fournir la chaîne de montage. Sefar, de Saguenay, a été appelée à fournir les filtres, tandis que qu’eLab Extrusion, de Magog, a conçu l’élastique à partir d’une résine qui répond aux normes médicales

MI Intégration, qui emploie actuellement 160 travailleurs, prévoit investir entre 3 et 4 M $ de dollars dans l’achat de nouveaux équipements. Une vingtaine d’emplois s’ajouteront à court terme dans l’usine du boulevard Industriel qui fonctionnera 24 heures par jour, sept jours par semaine.

Plusieurs hôpitaux, au Québec et ailleurs au Canada, ont déjà placé des commandes en vue d’utiliser le Dorma 99.

« Au début, notre production sera destinée au marché canadien, mais comme on a des installations au Mexique, on prévoit produire également pour le marché mexicain », ajoute M. Houle.

L’arrivée du Dorma 99 dans le marché concurrentiel des équipements de protection individuel (EPI) est le résultat d’un partenariat impliquant plusieurs acteurs.

Outre MI Integration de Sherbrooke, on retrouve la firme Dorma Filtration, du docteur Caissie, le Centre national de recherches du Canada (CNRC) ainsi que les Laboratoires CTT de St-Hyacinthe.

Mis à part de pouvoir filtrer 99 % des particules ambiantes, le Dorma 99 a été conçu de façon plus écoresponsable que le N95.

Le Dorma peut en effet être réutilisé plus d’une trentaine de fois et ses composantes sont recyclables. Ainsi, chaque masque Dorma 99 remplace au moins 30 masques N95 jetables. Celui-ci peut en outre être stérilisé pour un usage prolongé. Une fois sa durée de vie utile terminée, il est aussi possible de faire « fondre » afin d’en fabriquer un nouveau.

Son coût par utilisation est également inférieur à celui des solutions jetables existantes.

Les autorisations de Santé Canada ont été obtenues et la firme de Dr Caissie, Dorma Filtration, détient la « licence d’établissement d’instruments médicaux » (LEIM).

Le président-directeur général et cofondateur de Dorma Filtration, le docteur René Caissie, a indiqué que son but était de « trouver une solution qui puisse être fabriquée localement tout en offrant une protection optimale ».

L’objectif était aussi d’offrir un produit à la fois économique et écologique. « Notre produit est réutilisable et recyclable, ce qui veut dire qu’un seul masque remplace efficacement d’importantes quantités de masques qui se retrouvent dans l’environnement.