Samuel Bédard et Anthony Thiffeault ont créé le Self Cocktail, un «prêt à boire» naturel.

Un cocktail naturel créé par deux Shawiniganais

Shawinigan — Anthony Thiffeault, 22 ans, et Samuel Bédard, 20 ans, ont lancé en avril dernier le Self Cocktail: une boisson alcoolisée naturelle à base de cidre de pomme qui fait compétition aux Palm Bay, MadJack et Poppers de ce monde.

Trois mois après la commercialisation du produit, les deux copropriétaires comptent 70 points de vente en Mauricie. Selon leurs dires, les ventes vont bon train, et sont même au-delà de leurs attentes. «On dépasse largement ce qu’on avait prévu [...] On fait de plus grosses productions, ça grossit vite», raconte M. Thiffeault, qui étudiait en génie géomatique avant de se consacrer à temps plein à l’entreprise.

C’est en voulant jumeler deux de leurs passions communes, l’entrepreneuriat et le domaine brassicole, que les deux Shawiniganais se sont lancés en affaires.

Après avoir fait une étude sur le marché des boissons alcoolisées avec le Centre d’entrepreneuriat Alphonse-Desjardins de Shawinigan, les deux entrepreneurs ont remarqué qu’il y avait un besoin dans la section «prêt à boire», boissons qui sont souvent faites à base de malt et qui sont vendues en épicerie et en dépanneur. «Ce sont tous des produits qui sont similaires, parfois trop sucrés, artificiels», explique M. Thiffeault. De là leur est venue l’idée de créer Self Cocktail, nom qui réfère au bien-être et à soi. «Tu fais plus attention à toi en buvant ça parmi tous les autres cocktails qui pourraient être dans la section», indique le copropriétaire.

Quelques jours seulement après la mise en vente de leur produit, les deux jeunes hommes ont remporté le premier prix de la catégorie Bioalimentaire au gala régional du Défi OSEntreprendre. «Ça nous a donné une belle visibilité, puis aussi de la motivation de voir que les gens apprécient notre projet», indique M. Thiffeault.

Un produit naturel

Anthony Thiffeault et Samuel Bédard ont voulu offrir un produit naturel aux amateurs de cocktails. Leur boisson à base de cidre de pomme québécois est sans gluten et contient de vrais fruits. «On est les premiers sur le marché à amener un cocktail prêt à boire qui est naturel», avance M. Thiffeault. À titre d’exemple, le Self Cocktail contient environ la moitié moins d’ingrédients que la Palm Bay Tropix, produit que l’on retrouve dans la section «prêt à boire» des épiceries et dépanneurs.

Le Self Cocktail est développé et commercialisé en Mauricie, mais est embouteillé à Rougemont, puisque les deux entrepreneurs utilisent le cidre du Domaine De Lavoie comme base du produit. Alors que la clientèle type des cocktails est les jeunes femmes, le fait que leur boisson soit fabriquée à base de cidre a permis aux deux propriétaires d’attirer une clientèle inespérée. «C’est surprenant, parce qu’on a beaucoup de clientèle qui est plus âgée. Ça vient répondre à deux clientèles: la clientèle qui aime le cidre de pomme [...], mais en même temps, la clientèle qui aime le ‘‘prêt à boire’’ est attirée par ce produit-là par son design et par son goût».

De l’ambition pour l’avenir de l’entreprise

Après seulement quelques mois de commercialisation, les deux entrepreneurs voient grand pour Self Cocktail. Déjà, ils travaillent sur une deuxième saveur qui s’ajoutera à celle présentement en vente, Hawaiian Punch, et prévoient avoir des points de vente ailleurs qu’en Mauricie dès l’année prochaine. «On veut vraiment faire le Québec au complet», affirme M. Thiffeault. «On a de gros plans pour notre entreprise et on veut élargir notre réseau de distribution pour la deuxième année», dit-il.

Anthony Thiffeault et Samuel Bédard, qui travaillent tous les deux à temps plein pour l’entreprise, envisagent même d’embaucher un employé dès l’an prochain, soit pour faire de la représentation et du marketing, ou encore afin de leur donner un coup de main avec la livraison des boissons.

D’ici là, vous risquez peut-être de croiser les copropriétaires à l’arrière d’un kiosque aux couleurs du Self Cocktail en épicerie, eux qui aiment bien organiser des dégustations dans leurs différents points de vente. «On aime ça avoir la réponse des gens, savoir ce qu’ils en pensent [...] À date, c’est le fun à voir, les gens goûtent au produit directement en épicerie et il y en a beaucoup qui prennent une cannette après avoir goûté, donc c’est une bonne stratégie pour nous», explique M. Thiffeault.