On procédera à l’ajout de 31 nouveaux lits au CHSLD de Magog. On aperçoit sur la photo Alan Kezber, président de la Fondation de l’hôpital de Memphrémagog, Jean Ferland et Sylvie Moreault, tous deux cadres au CIUSSS de l’Estrie-CHUS, Dolores Bombardier, résidente en CHSLD, ainsi que le député d’Orford Gilles Bélanger.

Un ajout de 31 lits en CHSLD à Magog

Conscient que des besoins non comblés existent dans la MRC de Memphrémagog, le CIUSSS de l’Estrie-CHUS ajoutera 31 lits au centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) de Magog.

Député d’Orford, Gilles Bélanger a dévoilé ce projet évalué à environ cinq millions $, lundi matin, au centre de santé de Magog. Il était accompagné de représentants du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

À lire aussi: Orford : Bélanger veut établir ses priorités

Hôpital: Bélanger et le Comité de vigie au diapason

« Je me réjouis de voir ce projet prendre forme de manière tangible et dans un horizon aussi rapproché que 2020. Les besoins sont là, bien réels, et je suis fier que notre gouvernement se soit engagé à répondre à ceux-ci dans des délais qui sont à la fois réalistes et bien adaptés aux enjeux actuels de notre communauté », a déclaré M. Bélanger.

Selon le député caquiste, le projet annoncé « permettra d’alléger les listes d’attente pour les places en CHSLD et de fournir à de nombreux aînés de la région un meilleur accès à un milieu de vie sécuritaire ».

Quelques scénarios ont été étudiés pour concrétiser le projet d’ajout de 31 lits au CHSLD de Magog. Entre autres, on a envisagé construire les nouvelles chambres dans un des stationnements du centre de santé, mais cette idée a été abandonnée.

Étant donné que des espaces déjà existants seront utilisés pour réaliser ce projet, une série de services offerts au centre de santé de Magog devront déménager. L’objectif du CIUSSS est cependant de minimiser l’impact sur la clientèle et, pour arriver à cela, des discussions à l’interne seront entreprises en janvier. 

Directrice du programme Soutien à l’autonomie des personnes âgées, Sylvie Moreault révèle que l’inauguration des nouvelles chambres aura lieu au cours de l’automne 2020. « On essaiera de peser sur l’accélérateur », lance-t-elle.

Actuellement, les noms de tout près de 60 personnes se trouvent sur la liste d’attente du CHSLD. Les 31 lits qui seront ajoutés réduiront la longueur de cette liste, mais tout ne sera pas réglé en un coup de baguette magique.

« Ce projet aujourd’hui n’est pas une finalité. On sait qu’il y a des besoins grandissants dans le réseau et on s’efforcera de les combler », déclare Stéphane Tremblay, président-directeur général adjoint du CIUSSS de l’Estrie-CHUS.

Président de la Fondation de l’hôpital de Memphrémagog, l’homme d’affaires Alan Kezber accueille avec enthousiasme l’agrandissement du CHSLD de Magog. Il promet que la fondation contribuera au projet. « On ne sait pas encore de quelle manière elle se fera, mais notre contribution sera importante », assure-t-il.

M. Kezber est d’autant plus sensible à la question des services offerts aux aînés que sa mère souffre de la maladie d’Alzheimer. Après l’apparition des premiers signes de la maladie, cette dernière a vécu chez lui durant des années.

Gingras satisfait de l’annonce

Le président du Comité de vigie de l’hôpital Memphrémagog, Jean-Guy Gingras, ne cache pas sa satisfaction après l’annonce effectuée par le député Gilles Bélanger, lundi, au centre de santé de Magog.

« L’ajout de 31 lits au CHSLD, ça ne sera pas assez pour répondre entièrement aux besoins qui existent dans le milieu et, en plus, ça fait deux ans que cette annonce-là aurait dû être faite. Mais, au moins, on avance », lance M. Gingras.

Dans la foulée, le président du Comité de vigie de l’hôpital Memphrémagog révèle que la collaboration entre son comité et le CIUSSS de l’Estrie-CHUS est meilleure que jamais auparavant. « Le nouveau groupe de travail conjoint a complètement changé la dynamique », affirme-t-il.

Concernant l’annonce de lundi, Jean-Guy Gingras confie espérer que l’ajout des 31 futurs lits s’effectuera sans conséquence négative sur les clientèles qui seront impactées par ce projet.

« Ce projet amènera le déménagement de services actuellement offerts à l’hôpital de Magog. Mais on ne veut pas que ces services se retrouvent à l’autre bout du monde. Il faudra qu’ils soient proposés tout près du centre de santé. Le CIUSSS dit travailler dans ce sens-là et on va s’assurer que ce sera bien le cas. »

Par ailleurs, le Comité de vigie de l’hôpital Memphrémagog s’intéresse de près à la situation dans les municipalités de Potton et Stanstead, où l’offre de services de santé n’est pas à la hauteur des attentes des élus municipaux.

« Nous, ce qu’on veut, c’est que le CIUSSS nous convainque de sa bonne foi par des gestes concrets. C’est vrai qu’en ce moment les choses vont mieux dans notre secteur en santé. Mais chat échaudé craint l’eau froide, donc on demeure prudent », souligne M. Gingras.