Jason Hallée ouvrira une deuxième succursale à Sherbrooke de son entreprise de jeux d’évasion, Escaparium.

Un 2e Escaparium au centre-ville de Sherbrooke

SHERBROOKE — Les jeux d’évasion sont tellement populaires que l’entreprise Escaparium ouvrira en décembre sa deuxième succursale à Sherbrooke. Déjà installée dans le secteur Rock Forest, à l’angle du boulevard Bourque et de la rue du Président-Kennedy, elle aura aussi pignon sur rue au 266 rue Aberdeen, à l’intersection de la rue Alexandre.

Si aucune date officielle n’a encore été avancée, les travaux pour l’aménagement de deux salles de jeux sont suffisamment achevés pour prévoir l’accueil de clients pendant le temps des Fêtes. Des premiers tests sont prévus vers la mi-décembre.

L’objectif d’un jeu d’évasion est de cumuler des indices et de résoudre des énigmes pour s’échapper d’une pièce en moins d’une heure.

« Au départ, nous pensions que nos salles auraient une durée de vie d’environ un an et demi ou deux ans. Chaque personne ne peut faire chaque salle qu’une seule fois, alors nous avions prévu un roulement. Celles que nous avons ouvertes à nos débuts sont réservées autant qu’avant, sinon plus. Il serait contre-intuitif de les démolir pour en faire de nouvelles. Si nous sommes encore capables de remplir nos salles, aussi bien en ouvrir de nouvelles », explique Jason Hallée, un des propriétaires.

L’Escaparium du secteur de Rock Forest compte quatre pièces de jeu alors qu’il pourrait y en avoir jusqu’à sept au centre-ville pour une superficie plus de deux fois plus étendue. « Ça ne court pas les rues les locaux au centre-ville qui sont assez grands pour ce qu’on veut faire. Nous nous étions lancés dans l’aventure en prenant une chance. Je calculais mes dépenses pour ne pas perdre trop d’argent, mais j’ai réalisé que l’activité était assez populaire. »

Les nouvelles salles seront plus grandes que celles de Rock Forest. « Nous pourrons accueillir de plus grands groupes et notre hall sera plus grand. Nous investissons aussi davantage. Notre première salle du centre-ville coûte plus cher à aménager que les quatre à Rock Forest. Elle sera aussi plus technologique. Ceux qui ont déjà fait nos quatre jeux ont sûrement noté une progression. Nous serons encore un pas en avant. »

L’ouverture de ce deuxième commerce permettra de doubler le nombre d’employés de l’Escaparium, le faisant passer de 9 à 20.

Jason Hallée ne cherche pas à compétitionner avec inXtremis, une entreprise similaire établie sur la rue Frontenac, ou à occuper l’espace avant que ne se réalise un projet semblable dans l’enceinte de la prison Winter. « Je ne suis pas là pour rivaliser. Tout le monde a sa place. Le projet de la prison Winter pourrait devenir assez gros. Si ça fonctionne, ce sera tant mieux. »