Martin Lafrance et Alexandre Martin, respectivement président et directeur général de UEAT

UEAT dans la marmite de l'intelligence artificielle

Foodtech de Québec, UEAT pourra se gaver à satiété des dernières connaissances en matière d’intelligence artificielle.

Sortie de terre en juin 2017, la jeune pousse est l’une des neuf entreprises qui séjournera, pendant un an, dans le nouvel Espace CDPQ/AXE IA à Montréal.

La seule provenant de la capitale, faut-il préciser.

Une initiative de MILA - Institut québécois d’intelligence artificielle et de la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ), cet espace prendra vie dans le Complexe O Mile-Ex sur la rue Saint-Urbain dans la métropole.

Signalons que MILA - Institut québécois d’intelligence artificielle a été créé en 2017 par l’Université de Montréal et l’Université McGill en collaboration avec HEC Montréal et Polytechnique Montréal. Il regroupe la plus forte concentration mondiale en matière d’intelligence artificielle.

Dans l’Espace CDPQ/AXE, les deux partenaires veulent créer «un territoire unique d’innovation et de transfert technologique qui exploitera les interactions avec l’industrie et suscitera l’émerge de jeunes pousses.»

Directeur général d’UEAT, Alexandre Martin est aux anges.

«Montréal, c’est la plaque tournante en matière d’intelligence artificielle. C’est là où se fait la recherche fondamentale. Pour une jeune entreprise comme la nôtre qui caresse un projet à long terme de plusieurs millions de dollars pour intégrer l’intelligence artificielle à nos produits destinés aux restaurateurs, c’est une façon d’accéder aux nouvelles connaissances et de diminuer le risque financier que nous prenons avec nos partenaires d’affaires.»

Faciliter la vie des restaurateurs

Fondée par cinq jeunes entrepreneurs de la capitale, Martin Lafrance, Alexandre Martin, Matthew Perron Alexander, Bernard Imbert et Sébastien Huot, UEAT propose des solutions de commande innovantes aux restaurants afin qu’ils puissent offrir la commande en ligne directement à partir de leur site internet, autant pour la livraison que pour les commandes à emporter. UEAT propose des bornes de commande libre-service aux restaurateurs. Les bornes permettent aux consommateurs de parcourir le menu, de commander et de payer sans attendre aux caisses.

«Tout ça pour enlever un poids sur les épaules des restaurateurs et leur permettre de vendre plus», signale Alexandre Martin au cours d’un entretien avec Le Soleil. Rappelant que le manque de main-d’oeuvre était devenu la norme dans le monde de la restauration, il mentionne que l’utilisation de bornes de commande libre-service par les consommateurs permettait au restaurateur d’optimiser l’utilisation de son personnel.

Sans vouloir révéler le nombre d’établissements qui utilisent les solutions de commande UEAT, le directeur général assure que la croissance est «très forte». Sur son site Internet, l’entreprise qui compte près d’une trentaine d’employés mentionne les noms de Yuzu Sushi, du Cosmos et de La Piazzetta.

Pour lancer UEAT, les cinq jeunes entrepreneurs ont pu compter sur le partenariat financier du Groupe Camada, une société de capitaux privés détenus par la famille de Placide Poulin, l’ancien propriétaire du fabricant de baignoires MAAX en Beauce.

L’intégration de l’intelligence artificielle dans ses solutions de commande permettra de pousser d’un cran de plus la personnalisation de la relation avec chaque client.

«En combinant, par exemple, l’historique de commande d’un client, le restaurateur pourra lui proposer, le jour du Super Bowl, un plat extra-bacon ou extra-tofu selon ses goûts et ses habitudes de consommation. Ou une salade lors d’une canicule ou une soupe bien chaude lorsque le mercure n’en finit plus de dégringoler.»