La ministre du Tourisme, Caroline Proulx, s’est arrêtée à Sherbrooke mardi dans le cadre de sa tournée de consultation en vue de sa future stratégie de croissance économique de l’industrie touristique.

Tourisme: les milléniaux et les soixantenaires à la rescousse?

L’embauche plus marquée de milléniaux et de soixantenaires à la retraite serait-elle la panacée à la pénurie de main-d’œuvre qui frappe aussi l’industrie touristique, tant au Québec que dans les Cantons-de-l’Est ?

Chose certaine, la ministre du Tourisme du Québec, Caroline Proulx, croit que l’idée de faire davantage appel à ces deux générations de travailleurs mérite d’être débattue dans le cadre de la stratégie de croissance économique de l’industrie touristique qu’elle entend mettre en œuvre pour les cinq prochaines années.

Devant près de 80 entrepreneurs et intervenants touristiques réunis à l’OTL Gouverneur de Sherbrooke mardi, la ministre caquiste a invité ces derniers à réfléchir à l’idée de revoir le modèle d’affaires traditionnel et à ne pas hésiter à faire appel notamment aux nouvelles technologies de l’information (TI) comme outil de développement. 

Selon elle, la facilité avec laquelle les milléniaux utilisent les médias sociaux jumelés à la disponibilité des soixantenaires devrait aussi faire partie du plan d’affaires de certaines entreprises touristiques. 

À cet égard, elle a rappelé que le premier budget caquiste contient des mesures pour inciter les travailleurs âgés à revenir sur le marché du travail, notamment grâce à un crédit d’impôt sur le revenu. 

Selon Mme Proulx, des milliers de soixantenaires québécois à la retraite sont prêts à travailler durant la haute saison touristique au Québec pour ensuite voyager en dehors des grandes périodes d’achalandages. 

Milléniaux

En ce qui concerne les milléniaux, Mme Proulx a invité les entrepreneurs à tenir compte de la plus-value que ceux-ci peuvent apporter à leur entreprise.

« C’est vrai qu’il y a des travailleurs d’expérience qui ont des enjeux de communications avec ceux qu’on appelle les milléniaux, reconnaît la ministre caquiste. Partout en région, particulièrement ici à Sherbrooke, j’entends des entrepreneurs me dire : “les milléniaux me passent en entrevue, ils me commandent des salaires et me disent à l’avance quelles semaines de vacances ils vont prendre”. Ce que je propose à l’industrie, c’est de s’allier aux milléniaux. Ils ont des propositions très riches, très intéressantes », notamment au chapitre des nouvelles technologies. 


« J’ai fait une campagne électorale sans accès à un cellulaire et sans accès à Internet. »
Caroline Proulx

« Pourquoi dans certains établissements on ne pourrait pas, par exemple, avoir de grands écrans ou un millénial serait installé chez lui, répondant directement au client à travers FaceTime ou une autre application ? » a demandé la ministre aux intervenants assis dans la salle.

Céline Blais, de Cœur villageois de Cookshire-Eaton, lui a rappelé qu’un tel service serait difficile à mettre en place dans la mesure où plusieurs secteurs de la région n’ont toujours pas accès à Internet...

« Écoutez, j’ai fait une campagne électorale sans accès à un cellulaire et sans accès à Internet, a souligné la ministre et députée de Berthier. Je connais les enjeux de tous les entrepreneurs, de tous les Québécois. C’est vrai que pour garder nos régions vives, on doit avoir accès à Internet. Mais il y a un engagement politique de notre gouvernement à cet égard. Là-dessus, je peux vous dire que M. Fitzgibbon (ministre de l’Économie et de l’innovation) et Gilles Bélanger (député d’Orford) travaillent à mieux brancher et à déployer la fameuse fibre (optique) partout au Québec », a indiqué Mme Proulx, en rappelant la promesse de la CAQ de fournir un accès Internet à 98 % des foyers québécois d’ici quatre ans.