L’entreprise de Jean-Sébastien Cyr pourra poursuivre son développement.

Technologie Demtroys à la conquête des États-Unis

Technologie Demtroys vise maintenant à devenir compétitive sur le marché américain. Grâce à une contribution remboursable de 285 000 $, accordée par Développement économique Canada, l’entreprise sherbrookoise pourra continuer à développer sa technologie de chauffage et poursuivre sa croissance.

Le président et fondateur de Technologie Demtroys, Jean-Sébastien Cyr, pense que ce financement contribuera au succès de son entreprise, qui est ancrée en sol sherbrookois depuis neuf ans. « On a des projets de développement d’algorithme, ce qui est du génie informatique, électrique et mécanique. On va développer des technologies avancées pour nos produits. Ça va offrir plus d’économies d’énergie, donc un meilleur rendement. Certains projets qui seront adaptés pour des marchés qu’on ne dessert pas », dit-il, ajoutant que ce financement lui donne « deux ans de répit ». 

« Concrètement, ça paie des salaires et des sous-traitants spécialisés, poursuit-il. Ça paie beaucoup de déplacements de foires internationales pour aller chercher de nouvelles opportunités d’affaires. »

Cette contribution remboursable rassure également les entreprises financières. « Quand on a le support d’un programme financier comme celui-là, ça sécurise tous les partenaires financiers autour de l’entreprise. C’est pourquoi pour l’innovation et le développement de produits, on n’utilise pas le financement traditionnel, normalement », exprime M. Cyr. 

Qui sont les principaux clients de Technologie Demtroys? « On développe des systèmes de contrôle de chauffage pour des immeubles à logement. Nos marchés sont beaucoup à l’extérieur du Québec. Ça gère en temps réel le chauffage dans les logements quand le propriétaire paie le chauffage des locataires. Le bénéfice, c’est qu’on ajuste toujours la bonne charge de chauffage, mais on n’en donne jamais trop, ce qui fait qu’au bout de la ligne, on voit des économies de 25 % », explique le fondateur de l’entreprise. 

De son côté, la ministre Marie-Claude Bibeau qui représentait le ministre de l’Innovation, des Sciences et du Développement économique, Navdeep Bains, pense que ce genre d’entreprise est bonne pour la planète. « Ce qui est particulièrement intéressant, c’est qu’en économisant du chauffage, on réduit l’émission de gaz à effet de serre. Des investissements dans des entreprises innovantes comme celle-ci en font partie de la stratégie du gouvernement en matière de lutte contre les changements climatiques », analyse-t-elle.