La livraison des immenses poutres de la compagnie Supermétal a débuté l'été dernier et doit se poursuivre encore pour deux ans et demi. On doit les déplacer dans la ville de Sherbrooke vers l'échangeur Turcot à Montréal.

Supermétal livre ses immenses poutres pour l'échangeur Turcot

La compagnie Supermétal procède à de grandes manoeuvres depuis l'été dernier pour la livraison d'immenses poutres de métal qu'on déplace dans la ville vers Montréal.
Celles-ci transitent à partir des installations de l'entreprise, sur la rue de Courcelette, via la rue Galt Ouest vers les autoroutes 410 et 10, pour sortir de la ville. Les poutres, qui peuvent atteindre près de 50 mètres, prennent la direction du chantier de l'échangeur Turcot au coeur de Montréal.
« Il n'y a pas beaucoup d'entreprises au Canada qui peuvent faire de pareilles manoeuvres. Les poutres les plus longues peuvent atteindre 60 tonnes », lance Jean-François Blouin, président-directeur général de Supermétal.
« C'est un processus complexe, mais nous sommes habitués. Nous avons le personnel expérimenté pour le faire. Nous avons déjà déplacé des poutres de 80 tonnes, mais moins longues. »
L'imposant transport commande la participation de patrouilleurs du Service de police de Sherbrooke pour encadrer le convoi. On doit aussi demander des autorisations au ministère des Transports, à la Sûreté du Québec et aux corps policiers où circulent les poutres.
L'an dernier, Supermétal annonçait avoir déniché le contrat de fabrication des charpentes métalliques de l'échangeur Turcot. Il s'agissait du plus important mandat de fabrication jamais obtenu par l'entreprise fondée il y a plus d'un demi-siècle à Québec.
Supermétal fabriquera la grande majorité des ponts en acier du projet de KPH Turcot, un partenariat S.E.N.C. Une cinquantaine de ponts poutres et ponts caissons (petites et grandes portées, droits, biais et courbes) doivent être livrées.
« Nous avons commencé en juillet et nous en avons encore pour deux ans et demi, ajoute M. Blouin. Les poutres doivent être escortées, mais le transport des plus longues doit se faire avec des escortes policières. »
« Nous ne prenons aucun risque avec la santé et la sécurité du personnel. »
Supermétal prévoit accomplir le contrat sans procéder à des embauches. Mais Jean-François Blouin précise qu'on aura éventuellement besoin de nouveaux employés pour d'autres contrats à venir.
Besoin d'espace
On doit toutefois trouver de l'espace. L'entreprise a déposé une demande pour pouvoir occuper des locaux adjacents qui étaient autrefois occupés par la compagnie Kruger, note-t-il.
« Oui, ça s'en vient. On a fait des demandes pour prendre plus d'espace », affirme M. Blouin.
« Nous avons besoin plus de place. »
Fondée en 1959, Supermétal exploite des usines à Lévis et Sherbrooke, mais aussi en Alberta et en Caroline du Sud. L'entreprise se spécialise dans la fabrication et l'installation de charpentes d'acier destinées à des immeubles commerciaux, projets d'infrastructure et bâtiments industriels complexes.