Jean-Sébastien Noël, cofondateur de La Ruche, Éricka Alneus de l’organisme Pour 3 points, et Samuel Poulin, député de Beauce-Sud, ont participé à l’annonce du nouveau Fonds Mille et UN, qui contribuera à bonifier le financement de projets qui réussissent leur campagne de sociofinancement.

Sociofinancement de projets jeunesse: le gouvernement doublera la mise

Utiliser la plateforme de financement participatif La Ruche pourrait devenir très payant prochainement. Les projets qui visent les jeunes pourront s’y associer au nouveau Fonds Mille et UN et espérer obtenir un dollar du gouvernement pour chaque dollar récolté dans le cadre d’une campagne réussie.

C’est le député de Beauce-Sud et adjoint parlementaire du premier ministre pour les dossiers jeunesse, Samuel Poulin, qui a fait l’annonce de ce nouveau programme gouvernemental lundi dans les bureaux temporaires de l’organisme La Ruche. Une somme de 10,4 millions $ sur cinq ans a été attribuée au Fonds Mille et UN. On espère financer une centaine de nouveaux projets dans toutes les régions du Québec. «C’est important pour nous de donner le moyen à l’ensemble des Québécois d’aider sa jeunesse», a expliqué M. Poulin.

Le programme a été établi en partenariat avec la plateforme de sociofinancement La Ruche. Les entrepreneurs intéressés devront réaliser une campagne sur le site pour pouvoir accéder aux sommes réservées dans le Fonds. Les projets doivent se qualifier, d’abord en profitant de façon notable aux jeunes de 15 à 29 ans, et aussi en contribuant à la réalisation d’un des objectifs de la Politique québécoise de la jeunesse 2030. 

Ensuite, si les entrepreneurs atteignent leur objectif de campagne sur La Ruche, le Fonds versera une bourse non récurrente équivalente à l’objectif de départ, jusqu’à concurrence de 100 000 $. Bref, les participants qui réussissent doublent leur financement d’un coup. 

Motivation et validation

«Pour les entrepreneurs, c’est une excellente motivation à promouvoir leur campagne, et pour le gouvernement, c’est un excellent outil de validation de marché», a soutenu Jean-Sébastien Noël, cofondateur et président du CA de La Ruche. Selon lui, il s’agit d’une bonne façon d’encourager des projets pertinents qui n’arrivent pas à obtenir l’attention méritée en financement traditionnel. 

Présentement, 18 projets répondent aux critères et pourront recevoir de l’argent du Fonds Mille et UN s’ils bouclent leur campagne sur La Ruche. C’est d’ailleurs le cas d’un premier projet dans le Bas-Saint-Laurent, l’incubateur artistique Les créations Mistr’art, qui en est à 101 % de son objectif de 25 500 $. «Ça peut représenter un gros coup de main pour réaliser notre mission», a de son côté commenté Éricka Alneus, de l’organisme montréalais Pour 3 points, qui vient tout juste de lancer une campagne pour amasser 75 000 $ afin de former des coachs sportifs et de vie pour les jeunes défavorisés.  

Dans la région de Québec, deux projets sont rattachés au Fonds Mille et UN pour l’instant, soit le service de livraison à domicile des boutiques de vrac La Récolte, et la mise en place du volet Ados de La grande journée des petits entrepreneurs. Cette dernière campagne en était d’ailleurs lundi à 89 % de son objectif de 30 000 $, à quatre jours de la fin. 

Pour infos: laruchequebec.com et fondsmilleetun.com