Le Renouveau sherbrookois s’engage à doter la Ville de Sherbrooke d’une politique de logement social dès 2018, ont annoncé des élus du parti, mardi, dont Nicole A. Gagnon, candidate dans le district de l’Université, le chef du Renouveau sherbrookois, Bernard Sévigny, et Mariette Fugère, candidate dans le district du Pin-Solitaire.

Sévigny annonce une politique de logement social dès 2018

Bernard Sévigny a dévoilé, mardi, les engagements du Renouveau sherbrookois en matière de logement social et du financement des organismes communautaires.

« Premièrement, l’engagement que nous prenons aujourd’hui est de doter la Ville de Sherbrooke d’une politique de logement social, et ce, dès 2018 », a expliqué Bernard Sévigny ajoutant que plusieurs éléments justifient la mise sur pied de cette politique, notamment, la réduction du nombre de mises en chantier de logements sociaux prévues dans le budget provincial 2016-2017 et l’adoption d’une loi qui prévoit, depuis juin, qu’une municipalité peut imposer à un promoteur immobilier un certain nombre de logements sociaux.

« Aussi, il faut se souvenir qu’en 2009, nous nous étions engagés à donner un coup de barre majeur et à accélérer le rythme de nos investissements en logement social pour atteindre 100 unités par année, un engagement que nous avons réitéré en 2013 et que nous avons respecté pendant les 8 dernières années. Maintenant, tout en continuant à investir dans le logement social, nous devons nous questionner sur le déploiement de nos investissements sur le territoire de la ville, sur l’équilibre à trouver entre le logement social, le logement coopératif et le logement privé subventionné », a ajouté le maire sortant qui était accompagné, pour l’occasion, de la candidate dans le district de l’Université, Nicole A. Gagnon et de la candidate dans le district du Pin-Solitaire, Mariette Fugère.

« Je pense que l’annonce d’aujourd’hui traduit bien l’équilibre que nous cherchons à établir. D’une part, nous poursuivons l’effort sans précédent que nous avons entrepris en 2009 en continuant à investir dans le logement social. Mais nous sommes aussi à l’écoute des propriétaires d’immeubles locatifs, qui nous rappellent un taux d’inoccupation élevé dans certains de leurs édifices. D’autre part, nous voulons éviter de concentrer tous les logements sociaux dans les mêmes secteurs, ce qui contribue à la constitution de ghettos », a rappelé Nicole A. Gagnon.

Aide bonifiée aux organismes

Par ailleurs, le chef du Renouveau sherbrookois avait une bonne nouvelle à annoncer aux organismes communautaires de Sherbrooke.

« En 2013, l’enveloppe totale consacrée au soutien des organismes communautaires admis par la Ville était de 228 000 $. Notre équipe s’était alors engagée à bonifier de 10 % cette enveloppe chaque année. L’enveloppe consacrée aux organismes communautaires est donc passée de 250 000 $ en 2014 à 335 000 $ en 2017. Aujourd’hui, nous engageons à maintenir ce niveau de bonification de 10 % annuellement, ce qui va nous amener à 370 000 $ en 2018 pour atteindre un demi-million en 2021. À terme, nous aurons donc plus que doublé le soutien au secteur communautaire », a annoncé M. Sévigny.

« Je pense que le geste que nous posons aujourd’hui de bonifier l’enveloppe des organismes communautaires reconnus par la Ville est extrêmement significatif. Durant mes mandats précédents, j’ai siégé à de nombreux conseils d’administration et j’ai agi comme présidente d’honneur à quelques reprises, que ce soit à Caritas, à la Parolière, ou comme membre du CA de la Société d’arthrite, et depuis plusieurs années, à celui de l’archevêché. Bien que plusieurs de ces organisations n’œuvrent pas nécessairement dans des secteurs en lien avec les responsabilités municipales et ne sont pas concernées par l’annonce d’aujourd’hui, j’ai été aux premières loges pour constater à quel point les organismes communautaires sont des fabricants de miracles, et ce, au quotidien », a souligné Mariette Fugère.