Le producteur Sylvain Viau.

Série Amos Daragon : un fructueux voyage en France

La visite effectuée en France par le producteur Sylvain Viau aura été fructueuse. Trois organisations installées dans autant de pays se sont montrées intéressées par son projet de série d'animation mettant en vedette le personnage d'Amos Daragon.
Au cours des derniers jours, M. Viau a participé au Marché international du film d'animation d'Annecy, qui réunit tous les ans de nombreux intervenants de l'univers du dessin animé.
Sylvain Viau confie que des discussions intéressantes ont été entamées avec des entreprises chinoises et japonaises. Celui qui est à la tête d'IceWorks Animation, une entreprise de Magog, se rendra d'ailleurs en sol japonais en août pour poursuivre le dialogue entrepris avec Mappa.
Les discussions les plus encourageantes auraient été celles avec Sunset studio, une société française. « Des rencontres ont déjà eu lieu pour trouver un diffuseur en France, où le secteur du dessin animé est très bien développé », souligne le producteur.
Une entente de coproduction permettrait de sauver le projet, mais signifierait moins d'emplois créés dans la région de Magog grâce à la série d'animation.
M. Viau espérait qu'Investissement Québec lui accorde une garantie de prêt de 2,7 millions $, coup de pouce qu'il n'a pas obtenu.
Rappelons que Radio-Canada était prête à acheter les 26 premiers épisodes de la série si le soutien d'Investissement Québec était confirmé avant la fin du mois de juin.
« Si je déniche un partenaire pour une coproduction, la première que j'irais voir pour une diffusion ici, ce serait Radio-Canada. Elle a été la première à m'appuyer dans cette aventure. Elle pourrait encore avoir de l'intérêt malgré l'expiration des délais initiaux », explique le producteur.
« Dans chaque région, les décideurs locaux devraient pouvoir être informés dès le début de l'évaluation que fait le Ministère des projets soumis. Il y a un problème si on travaille durant des mois sur un dossier et qu'à la fin ça n'aboutit à rien », estime Pierre Reid, député d'Orford. Ce derneier a cessé ses critiques à l'endroit du ministère de l'Économie, de la Science et de l'Innovation du Québec, mais souhaite néanmoins sensibiliser ses collègues libéraux à l'importance d'écouter le milieu pour développer les régions.